Censures

L’ État profond persiste à empêcher l’émergence de la vérité.

Mark Zu cker berg ——————Jeff Be zos d’ Ama zon****Susan Wojcicki, You tube *********B. Ga tes

Soyez honnête, regardez ça. Et réfléchissez: une censure violente et constante (appelée fact checking, ou pratiquée simplement par la disparition de messages et des videos sans avertissement) et souvent en l’espacece de quelques secondes a-t-elle à votre avis réellement pour but de veiller à la sécurité des utilisateurs ou bien à imposer la pensée unique dictatoriale? à supprimer le débat, à vous empêcher de vous forger une opinion objective? à vous empêcher de vous INFORMER.Il ne peut ici y avoir de fake news: on entend l’original en anglais. Un sénateur et Zu cker berg. —–Ursprüngliche Nachricht—–From: Elisabeth Faure Sent: Friday, November 20, 2020 9:42 PMTo: Elisabeth Faure

Subject: Comment Le Monde et FB inventent des fakes pour censurer. Le lanceur d’alerte décrit précisément comment Face book et Le Monde ont déformé sa traduction de la conférence de Dr Mu llis inventeur Nobel du PCR exposant – comme le dit Fils de Pangolin dans son doublage – que ce test ne permet pas de diagnostiquer une maladie.Selon Le Monde il est faux de faire dire à Mul lis que le PCR ne peut détecter le Co vid. Ce que Fils de Pangolin n’a jamais fait dire à M ullis. Ici je résume mais je vous invite à écouter les 4 minutes très instructives décrivant les procédés pervers utilisés par FB et Le Monde. C’est entre la minute 4 et la minute 8’17 de cette vidéo sur l’interrogatoire des patrons de FB et de Twit ter au sujet des censures de ces derniers contre tous les contenus non conformes à leur idéologie.https://youtu.be/pyUZ7rvd1fg Élisabeth 2è audition encore plus renversante avec un autre sénateur. Je pense que cela ouvrira les yeux aux derniers sceptiques: Zuck er berg dans la tempête – Audition surréaliste avec un autre sénateur: https://planetes360.fr/zuckerberg-dans-la-tempete-audition-surrealiste-du-pdg-de-facebook-au-senat-americain/ Pour terminer, svp: dès que vous avez compris, et chaque jour de nombreux êtres humains se réveillent, commencez tout de suite à alerter autour de vous; il est bien tard, mais on ne sait jamais. Ce qui se prépare est terrible. Bien à vous   Christine

Message de Pépito de l’équipe des deQodeurs :

Hold-Up : Le Documentaire – Téléchargement – TORRENT. Lesdoqodeurs.fr [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://lesdeqodeurs.fr/hold-up-le-documentaire-telechargement-torrent/

« Salut tout le monde c’est Pépito, je vous fais une rapide vidéo pour vous expliquer comment télécharger le film « Hold-Up ». Parce-que je pense que tout le monde a suivi, le film a été largement censuré sur les plateformes de streaming, y-compris sur la plateforme vidéo à la demande, où pourtant les producteurs avaient tout financé pour diffuser le film légalement. Le film a été retiré de la plateforme, même les personnes qui avaient acheté le film n’y ont plus accès, et pour l’instant de ce que j’en sais, on ne les a même pas prévenus que le film avait été supprimé, et l’argent qui a été dépensé pour acheter le film, on ne sait pas trop où il est passé. Bref, ça c’est un autre sujet. Depuis, les producteurs ont essayé de mettre à disposition gratuitement le film à tout le monde. Il y a pleins de gens, y-compris eux qui ont essayé de le repluoder sur Odyssee, sur YouTube, etc., etc., d’autres personnes ont essayé de le télécharger par We Transfer ou gros fichiers, et malheureusement les liens sautent au bout de quelques temps, quelques heures, quelques jours. Le problème aussi c’est que ce n’est peut-être pas la bonne version du film qui circule, du coup sur le site internet, on vient de vous mettre à disposition, tout ce qu’il faut pour télécharger la bonne version du film et surtout être toujours en mesure de le récupérer et de faire en sorte que le film soit largement diffusé sur internet et qu’il soit quasiment impossible à supprimer. Donc je vais vous expliquer tout ça. Déjà le film on a récupéré celui qui a été fourni par la production, en ultra HD, en version définitive, donc c’est la bonne version qu’on va vous fournir. »

(Ndlr : Pépito explique la marche à suivre pour télécharger le film, à écouter dans la suite de la vidéo.)

Le film documentaire Hold-Up devient GRATUIT. Guy Fawkes [en ligne]. 12 novembre 2020. Disponible à l’adresse : https://www.youtube.com/watch?v=U5-6BWhehlE&t=4s

Sous la vidéo est écrit :

Le film a été blacklisté dans le monde entier sur Youtube pour cause de “contenu protégé par droits d’auteur” Lien officiel: https://odysee.com/@holdup_ledoc:9/ho…

Merci à toute l’équipe de le proposer désormais gratuitement comme promis.

Paroles de Nicolas Réoutsky, directeur de production :

« Bonjour,

Comment vous dire merci, je ne sais pas, en tout cas je vais essayer.

Je vous ai expliqué il y a quelques jours que nous maintenions le film en vente afin de rembourser notre investissement et de pouvoir payer les archives pour une diffusion mondiale sur internet et pourquoi pas, si le cinéma existe encore, une diffusion au cinéma.

Cela va nous permettre aussi de faire face à des nouvelles dépenses que nous n’avions pas encore répertoriées : des frais juridiques de plus en plus importants, l’embauche d’une personne sur la cybersécurité, le renfort de notre équipe pour faire face aux demandes et au contenu que nous allons continuer de publier, de refaire les sous-titrages français pour les sourds et malentendants, ça été une demande assez récurrente, et bien d’autres postes encore qu’on n’a pas forcément répertoriés encore aujourd’hui.

Tout cela se fait grâce à vous qui avez été extrêmement nombreux à nous soutenir.

Maintenant que le film a eu en plus de 24 heures 25’000 vues sur Vimeo, il n’y a plus aucune raison que ce film ne devienne pas la propriété de chacun. Cela veut dire la mise en ligne du film dès aujourd’hui en gratuit sur toutes les plateformes et nous comptons sur vous pour le faire circuler un maximum.

Je sais que nous allons être attaqués, critiqués, molestés pour ce contenu. J’insiste pour dire que c’est une œuvre documentaire qui a pour mission de donner une tribune libre aux personnes concernées qui n’ont jusqu’à présent pas eu beaucoup de place dans les médias.

L’important est que chacun de vous puisse se poser des questions, réfléchir aux solutions et grâce au dialogue avancer vers une liberté retrouvée. Merci beaucoup. »

Traduit par Renaud
La fraude pour le bien du monde

Par Hermann Tertsch*.
Publié par La Gaceta de la Iberosfera le 9 novembre 2020
https://gaceta.es/opinion/fraude-por-el-bien-del-mundo-20201108-2230/

Un article extraordinaire de Hermann Tertsch sur la fraude qui ne peut être prouvée pour le moment – qui s’est terminé – également pour le moment – avec Donald Trump.
 Vous me pardonnerez, mais oui, je suis de ceux qui croient que les élections ont été volées à Donald Trump.
Je crois sincèrement que la décision a été prise depuis longtemps que le résultat en 2020 ne pouvait pas être laissé aux gentils, c’est-à-dire à l’électorat, de peur que Trump, malgré la fumée et le bruit générés, ne répète la victoire en 2016.
Je pense que lorsque la Floride et le Texas sont tombés entre les mains du président, il est devenu évident qu’il n’y aurait pas de tsunami bleu. Le danger était que les États du nord de la Rust Belt fassent à nouveau pencher la balance en faveur du personnage détesté.
Je pense que c’est à ce moment-là que l’alarme a été déclenchée et qu’un plan a été mis en place des mois, voire des années, plus tôt. Et qu’ils sont la cause des appels massifs au vote par correspondance dont l’augmentation couvrirait bien, avec sa réglementation absurde et toujours différente, les joies opérationnelles préparées aux points de dépouillement dans ces États fragiles. Les lois électorales ont toutes pour dénominateur commun d’inviter littéralement à la fraude.
Joe Biden sera le président, un personnage doux, corrompu et dur qui a flotté confortablement pendant près d’un demi-siècle dans la “pommade politique” de Washington.
De toute évidence, je n’ai pas de preuve et si Donald Trump et son équipe juridique ne l’ont pas et ne l’obtiennent pas, cela n’aidera pas si lui et 40, 50 ou 70 millions d’Américains partagent mon opinion. Ensuite, ce sera le président Joe Biden, un personnage doux, corrompu et dur qui flotte confortablement depuis près d’un demi-siècle dans la “pommade politique” de Washington, y compris la vice-présidence avec le grand faux Barack Obama, qui a participé dès le début à la conspiration permanente d’Obama et de l’équipe de Clinton pour tuer Donald Trump.
Les conspirations pour mettre fin au mauvais rêve qu’était la présidence de Trump pour “l’establishment” avaient commencé juste après le choc de la défaite en novembre 2016. À la date de l’inauguration, ils planifiaient déjà des actions pour mettre fin au mandat qui n’avait pas encore commencé. Tous les complots, scandales, légendes et fabrications produits par l’administration contre le président à qui ils devaient leur loyauté et leur service restent dans l’histoire.
L’important, au-delà de la longue liste de crimes et de mensonges inventés pour les différentes opérations, toujours ratées, afin d’empêcher Donald Trump de terminer son premier mandat, est de comprendre la différence essentielle de ce crash ferroviaire avec les luttes politiques du passé à Washington, dans cette capitale de la première puissance mondiale, où s’installait le contrôle du système par les différentes familles du système. Il y a eu des enfants plus ou moins indisciplinés du système. Et certains d’entre eux ont payé de leur vie pour avoir tenté de tromper le système. Mais personne n’a jamais fait fonctionner le système aussi bien que Donald Trump.
Et c’est précisément cet outsider qui a mis à jour la profonde transformation du système déjà pratiquement conquis par une Nouvelle Classe, pour paraphraser Milovan Djilas dans sa dénonciation de la Nomenklatura communiste de 1957. Le système de pouvoir à Washington, c’est-à-dire ce “bourbier” ou “marécage” que Trump a promis de vider et qui tente de le détruire depuis 2016, est déjà au pouvoir des élites issues des universités néomarxistes, qui sont maintenant presque toutes aux Etats-Unis.
C’est la réalisation du rêve de Gramsci, le communiste italien qui a tracé la voie de la pénétration culturelle des sociétés capitalistes développées comme la forme la plus efficace et la plus cohérente de prise de contrôle communiste. C’est le semis fertile et déjà triomphant de ces professeurs allemands qui ont développé les nouveaux ateliers de la pensée communiste et qui sont venus aux Etats-Unis en fuyant le nazisme. Avec des noms comme Horckheimer, Adorno, Marcuse, Fromm ou Pollock, ce sont eux qui ont imposé ce mélange de philosophie marxiste et freudienne qui a conquis tous les campus. Célébrée des décennies plus tard sous le nom d’École de Francfort, elle est revenue en Europe après 1945 et a également conquis les universités européennes.
Nous sommes devant la confirmation du succès de ce projet philosophique, politique et social qui a échoué dans ses formes bolcheviques les plus violentes. Mais elle est imposée partout dans le monde
Un demi-siècle après ce que certains croient être leur échec avec le Mai 68 français, ils ont atteint leur plus grand succès avec la pénétration totale du système capitaliste américain et européen. Aux États-Unis, ses disciples sont pratiquement toutes les personnalités qui ont quitté les universités d’élite depuis les années 1970. Obama a été leur premier président, James Comey leur premier chef du FBI et Kamala Harris sera leur premier président(e).

Aujourd’hui, chaque unité de l’administration américaine, comme toutes les grandes entreprises, les grands médias, les réseaux, les multinationales technologiques, le monde culturel, ont leurs cadres dirigeants qui sont diplômés des universités d’élite. Ils sont marxistes même s’ils ne se proclament pas comme tels et communistes, car ils supposent que le pouvoir doit être utilisé pour imposer un système égalitaire. Ils croient en une fin de l’histoire, ils méprisent le fait religieux, ils considèrent l’homme comme un animal réceptif et transformable, dans lequel tout est un produit de l’action chimique ou extérieure et donc modifiable.
C’est la confirmation du succès de ce projet philosophique, politique et social qui a échoué dans ses formes les plus violentes de bolchevik. Mais elle s’impose partout dans le monde, un demi-siècle après l’abandon des voies révolutionnaires et le début de la conquête de la suprématie culturelle et du pouvoir politique marxistes en Occident. Maintenant, avec une violence très mesurée pour les besoins de la coercition et de l’intimidation et d’une manière généralement pacifique, subreptice et progressive, gagnant pour ses forces de modération supposées défendre la liberté, les nations et la vérité.

Seul un phénomène aussi extraordinaire que Donald Trump pourrait surprendre ce mouvement qui avance sans fissures et sans pause à travers les écoles, les universités, les médias, les publications, les films, le théâtre. Sans crainte ni gêne et avec une volonté personnelle colossale, Trump a mis le système sens dessus dessous lorsque le transfert du pouvoir des élites traditionnelles vers les gauchistes au cœur de la puissance américaine s’est achevé. Rien ne symbolise mieux cette transition du système que le tandem Biden-Harris.
Biden n’est que l’élu des médias qui ont été à tout moment à l’avant-garde de l’agression des résultats de 2016
Président ou pas, Biden a un pied dans le trou. Kamala, la brillante représentante de ces élites marxistes, est déjà en charge.
La vérité est que la grande opération canonique mondialiste contre l’hérétique Trump n’a rien respecté. Au 14 décembre, avec au moins sept chefs d’accusation contestés, Biden est le média choisi parmi ceux qui ont toujours été à l’avant-garde de l’agression contre les résultats de 2016. Imaginez si Trump s’était déclaré vainqueur d’une élection où sept États étaient encore en lice. Toutes les villes américaines auraient été brûlées par les masses incendiaires et pillardes.
Trump a considérablement amélioré non seulement la vie des Américains, mais aussi celle du monde entier. Et il a clairement montré où se trouvent les menaces à la liberté, en Chine et à Washington
Ce sont les médias, qui ont menti sur Trump pendant quatre ans sans pause, qui ont proclamé Biden et Harris, et le pouvoir social-démocrate mondialiste l’a accepté sans plus attendre au mépris total du droit, de la procédure et du bon sens. Personne ne peut exclure une surprise catastrophique pour tous ceux qui sont pressés.
Trump les a rendus fous parce qu’il a réussi à mobiliser la nation, l’identité, la religion et la tradition, les éléments qui rendent l’individu unique et donc jaloux de sa liberté. Ils n’y comptaient pas en 2016. Mais maintenant, ils n’ont pas été pris par surprise et ils étaient préparés au cas où Trump réaliserait l’exploit. Et il l’a fait, en effet. Quatre ans avec tout le monde contre lui, le président Trump a considérablement amélioré non seulement la vie des Américains mais aussi celle du monde entier. Et il a clairement montré où se trouvent les menaces à la liberté, en Chine et à Washington.
Je suis convaincu que ces forces qui veulent nous imposer un monde heureux … ont commis des fraudes électorales dans plusieurs États
L’Europe est entre les mains des disciples de l’école de Francfort qui sont en charge à Bruxelles. Déterminé à écraser la réaction nationale qui se dessine dans tous les pays européens. Qui sentent la menace de cette dérive qui a vidé les démocraties, étouffe tout écart et impose d’un centre des modes de vie et une idéologie que personne n’a votés ou élus. Aux États-Unis, il y a maintenant le grand pouls de ces forces qui veulent changer non seulement le monde, mais l’homme lui-même.
J’avoue donc que je suis convaincu que ces forces qui veulent nous imposer un monde heureux, comme l’ont toujours voulu les communistes et le marxisme en général, ont commis des fraudes électorales dans différents États. Pour que le mal incarné par Donald Trump ne triomphe pas. Je ne peux pas le prouver.

Je ne peux pas non plus prouver que ce sont ces mêmes forces dans leur version la plus primitive qui ont amené l’Espagne à sa situation actuelle de dérive totalitaire en plaçant Rodríguez Zapatero à la tête du gouvernement en 2004. Et qu’ils l’ont fait par le biais de quelques boucs émissaires mauresques, de nombreuses bombes dans certains trains, 192 morts et deux mille blessés.
Qui prendra le pouls du monde entre la civilisation et l’utopie/la dystopie marxiste ? C’est aussi incertain que la bataille entre ceux qui veulent imposer un fait accompli et ceux qui veulent compter les votes, tous légaux, jusqu’à la fin, va être menée jusqu’au 14 décembre. 
                                                                    ———-
Journaliste. Il a commencé sa carrière professionnelle dans l’entreprise familiale qui publiait le Service espagnol d’information économique. De père autrichien et de mère espagnole, il a rejoint l’Agence Efe à Vienne, où il a commencé son long voyage à travers tous les pays d’Europe centrale et orientale, même derrière le rideau de fer sous les régimes communistes dont il a été le témoin direct de la chute. En 1985, il a rejoint le journal El País, pour lequel il a travaillé comme correspondant à Bonn et à Varsovie, pendant la guerre des Balkans et dans tout l’Est. De 1993 à 1996, il a été rédacteur en chef adjoint du journal et chef de la section opinion. En 1996, il a repris le bureau d’un correspondant spécial chargé de couvrir les événements et les interviews dans le monde entier, ainsi que de tenir une rubrique d’opinion. En 2007, en raison de désaccords avec la direction, il a quitté définitivement le journal. Tout au long de sa vie professionnelle, il a collaboré avec la plupart des médias nationaux, tant à la radio qu’à la télévision, de la SER à EsRadio, de CanalPlus à Telecinco ou AntenaTres. De 2007 à 2019, il a été chroniqueur à ABC ainsi qu’envoyé spécial pour les grands événements internationaux. Pour son travail de journaliste, il a reçu de nombreux prix. Il a écrit des livres et des romans politiques.

Translate »