Dans un premier temps, l’auteur revient sur les travaux de Pasteur en démontrant les failles et erreurs de ses recherches. Ensuite, il étudie les effets réels des différents vaccins, les dangers encourus, l’élimination progressive de nos systèmes naturels de défense. Enfin, il aborde les aspects éthiques, politiques, économiques, sociaux et biologiques de la vaccination à outrance. – Broché 16 x 24 – 270 pages

Commentaire de M.Claude Duverney

Retrouver un sens à la santé et à la maladie, rompre avec le paradigme cartésien (séparation âme-corps) et pasteurien (la maladie comme désordre biologique imputable à un virus), telles sont les lignes de force de ce livre. L’incorporation du modèle biomédical dans une donation de sens confère d’abord une cohérence forte à la biologie moléculaire, puis elle permet de rejoindre le constat du lien entre émotions et pathologies établi par la psychologie analytique, avant d’offrir une remarquable vision philosophique de l’existence. Un ouvrage d’une portée interdisciplinaire remarquable et rare qui, tout en combattant le réductionnisme physicaliste en biologie et en médecine, lutte aussi contre le compartimentage des connaissances. On le recommande aux médecins, quand tout lycéen et universitaire devrait en faire une lecture attentive.

Slogans:

Pasteur imposteur

Pasteur fraudeur

Stop aux mesures covid

Lettre ouverte et pétition “ stop aux mesures covid”
A toutes les autorités locales, communales, cantonales et nationales, notamment, pour la Suisse, à.
Monsieur le Conseiller Fédéral
& Président de la Confédération
Guy Parmelin
Bundeshaus Ost
CH-3003 Berne

Recours notamment en matière de droits de l’homme, de vote, et politiques. Mesures super-provisionnelles.

Monsieur le Président de la Confédération

Toute personne suisse en possession d’un droit de vote forme le Souverain. Elle est associée à tous les processus démocratiques selon la constitution, les lois et coutumes suisses.
Les lois ne doivent être mises en place que si elles ne violent pas la Constitution, les droits fondamentaux ou les exigences en matière de protection des données.
Elles doivent respecter notamment les principes d'exhaustivité, d'objectivité, de transparence et de proportionnalité.
Or, des lois et pratiques de plus en plus nombreuses violent ces principes. Signalons par exemple que le peuple a voté par référendum non à la police fédérale de “sécurité” dans les années 1970 et qu’il en existe maintenant plusieurs, toutes illégales. Même le parlement, la BNS et Finma ne respectent pas la constitution qui se vide de sa substance par des violations croissantes des serments fédéraux, cantonaux et communaux.
Toutes les mesures et ordonnances prises depuis plus d’une année, ne respectent pas la bonne foi, base du droit suisse, vu notamment qu’il existe d'autres moyens d’éviter l’etat d’urgence, par exemple des médicaments efficaces et bon marché, qu’il n’y a plus ni pandémie, ni épidémie réelle. Le nombre des morts est ridiculement bas, et l’éventuel manque de lits a été provoqué par vos politiques de réduction des coûts de la santé. L’ espérance de vie risque seulement maintenant de baisser, et ceci à cause des inoculations des produits expérimentaux bâclés. Moderna par exemple a raté toutes ses homologations de “vaccins” par le passé, et tous les acteurs dans ce domaine ont été condamnés à de lourdes amendes pour corruption, conflits d’intérêts, études “scientifiques” truquées, etc… Pfizer a aussi été condamnée à de multiples reprises aux États-Unis pour falsification de données, corruption active et versement de commissions occultes.
L’ensemble du processus est associé à une campagne mondiale de peur incessante et au passeport vaccinal numérique intégré.
Le passeport vaccinal numérique mis en œuvre fait partie du tristement célèbre projet ID 2020 parrainé par l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI à Genève, au-dessus de nos lois et hors la loi avec le soutien et le financement du Conseil fédéral suisse ) en fait la propriété privées de Bill Gates « qui utilise la vaccination généralisée comme plateforme pour l’identité numérique ».
Si le contrat européen avec Pfizer, qui s’étend jusqu’en 2023, devait être exécuté comme prévu, chaque personne de l’Union européenne serait vaccinée au moins quatre fois sur une période de deux ans (2021-2023).
Et n’oubliez pas qu’à l’heure où nous écrivons ces lignes, l’ARNm de Pfizer (ainsi que ceux de ses concurrents, dont AstraZeneca, Moderna et J & J) sont légalement classés (aux États-Unis) comme « non approuvés » et « produits expérimentaux ». Ce sont des produits illégaux.

Le plus grand projet d’un « produit non approuvé » doit être mis en œuvre par une grande entreprise pharmaceutique qui a un long passé de corruption de médecins et de responsables de la santé publique.
Pfizer a été un « contrevenant habituel », s’engageant de manière persistante dans des pratiques commerciales illégales et corrompues, soudoyant des médecins et supprimant des résultats d’essais défavorables. Depuis 2002, l’entreprise et ses filiales se sont vu imposer 3 milliards de dollars de condamnations pénales, de sanctions civiles et de récompenses par un jury. (Dr Robert G. Evans, National Institutes of Medicine)
De plus, Pfizer a un casier judiciaire aux États-Unis, car inculpé par le ministère américain de la justice en 2009 pour « marketing frauduleux ».
« Pfizer, la plus grande entreprise pharmaceutique du monde, a été frappée de la plus grosse amende pénale de l’histoire des États-Unis dans le cadre d’un accord de 2,3 milliards de dollars avec les procureurs fédéraux pour avoir fait la promotion abusive de médicaments et versé des pots-de-vin à des médecins complaisants. » (Guardian)
Dans une décision historique du ministère américain de la justice en septembre 2009, Pfizer Inc. a plaidé coupable face à des accusations criminelles. Il s’agissait du « plus important règlement pour fraude dans le domaine de la santé » de l’histoire du ministère américain de la Justice.

Pour visionner la vidéo de C-Span, cliquez ici.
Comment pouvez-vous faire confiance à un conglomérat de vaccins Big Pharma qui a plaidé coupable face à des accusations criminelles portées par le ministère américain de la Justice (DoJ), notamment en matière de « marketing frauduleux » et de « violation criminelle de la loi sur les aliments, les médicaments et les cosmétiques » ?
Le « vaccin » tueur
L’intégrité de l’entreprise ? Le comportement de Pfizer BioNTech en matière de « commercialisation frauduleuse » prévaut en ce qui concerne les 1,8 milliard de doses prévues de son « vaccin » à ARNm COVID 19 Tozinameran, « non approuvé » et « expérimental », vendu sous la marque Comirnaty.
Nous avons affaire à la « commercialisation frauduleuse » de ce qui est décrit comme un « vaccin » mortel.
Mais en fait, le « vaccin » à ARNm qui modifie le génome humain « n’est PAS » un vaccin. Il est basé sur les inoculations ou injections génétiques répétées comme des mises à jour de logiciels d’exploitation, selon leur propre vocabulaire, combinées à un passeport vaccinal intégré.
De nombreux décès et effets secondaires de plus en plus graves, sur des personnes de plus en plus jeunes, résultent de ces « soupes chimiques expérimentales et très juteuses» .
Pourtant, tout peut être libéralisé aujourd’hui, et repartir sur des bases plus saines, sans risques et dettes énormes de près de 35 milliards à la charge de nos jeunes.
Sans oublier, que vu les enjeux énormes des votations en Suisse, des fraudes démocratiques de plus en plus nombreuses ont été constatées, notamment dans les cantons de Vaud, Genève, Berne, Valais, Tessin, Thurgovie et dans le Jura, ainsi qu’à l’étranger ( France, USA etc. ). Dans de nombreuses communes, certains scellés des urnes contenant les bulletins de vote étaient absents, litigieux, faux ou de simples brides plastiques ou encore de simples cadenas avec en plus la clé dessus. Les votes par correspondance font aussi l’objet de graves abus. Les fraudes sont aussi possibles par les machines de décompte à lecture optique, dans la poste et par les Suisses de l’étranger. La nouvelle constitution de 1999 a été obtenue ainsi. Le Valais a averti publiquement que le récent fraudeur a dû payer Fr 43'500.- en tout. Voir sur https://1291.one/fraudes-2/
Nous demandons d’avoir accès notamment aux locaux de vote pendant toutes les semaines des votes par correspondance et tout le dépouillement pour nous assurer au moins des points suivants, à mettre en œuvre sans délai et qui ne sont pas exhaustifs.
1) L’ouverture des urnes scellées (avec des scellés inviolables, quitte à changer la méthode de scellé) ne doit se faire que pour celles munies du sceau officiel valable. Les urnes scellées ne disposant pas d’un sceau officiel valable doivent être conservées telles quelles (non ouvertes, sceau bidon soigneusement conservé) et remises pour enquête au service de police ad hoc afin que les responsables soient démasqués et remis à la justice. Actuellement, ce sont les politiques qui instruisent les fraudes dans des délais très courts. A Lausanne, ils ont détruit les preuves dans les heures qui ont suivi les fraudes. Nul ne peut être juge et partie. Il faut donc une autorité indépendante, elle-même soumise au Souverain, représentée par des citoyens-scrutateurs.
2) Les urnes doivent être transparentes pour s’assurer qu’elles sont bien vides au début du vote
3) Vu les enveloppes internes translucides, il n’y a plus de secret de vote et son contenu peut être changé trop facilement. L’ouverture des enveloppes envoyées par les votants ne doit donc jamais se faire « à l’avance », soi-disant pour gagner du temps ou pour toute autre raison.
4) Les enveloppes internes doivent être totalement « opaques », et pas pour faire semblant
5) Le matériel de vote par correspondance reçu par chaque votant doit être utilisé pour voter, et lui seul. Une perte de ce matériel ne doit pas donner un droit à voter au bureau de vote, à moins que le votant présente la carte d’identification, à son nom, contenue dans le matériel reçu (Sans cette règle, n’importe qui peut voter X fois.). Un contrôle du matériel surnuméraire doit être fait.
6) On doit pouvoir voir ce que tous les nombreux codes-barres présentent à l’écran.
7) Les personnes incapables de discernement ne devraient pas recevoir de matériel de vote.
8) Une seule grande ville peut changer le vote de toute la Suisse. Il est indispensable que le déroulement du dépouillement y soit filmé par des caméras de surveillance et que les citoyens puissent le suivre en direct sur internet, comme en Russie.
9) Nous n’interviendrons en aucun cas dans le processus du dépouillement et resterons discrets. En cas d’anomalie constatée, nous nous adresserons d’abord au président du bureau électoral communal. Les remarques formulées seront mentionnées dans le procès-verbal de résultats. Nous nous plierons aux règles concernant le secret du vote et la non diffusion des résultats avant la proclamation officielle. https://1291.one/souverain/
10) Le texte de la loi Covid-19 figurant dans le livret de vote du 13/6/2021 est celui adopté par la Chambre le 25 septembre 2020. De nombreux changements sont intervenus depuis sa promulgation. Cependant, ceux-ci ne sont pas officiellement communiqués aux citoyens dans le texte du scrutin que vous avez publié. Ce texte de vote est destiné à permettre aux citoyens de voter en toute connaissance de cause. Il est donc essentiel qu'ils soient informés de tous ces changements et de leurs conséquences si la loi est adoptée. Ce n'est pas le cas dans le texte que vous avez publié.
11) Nous attendons donc du Conseil fédéral et de la Chancellerie fédérale qu'ils tiennent compte de nos remarques et qu’ils informent la population notamment de toutes les modifications apportées à cette loi jusqu'à présent, à savoir la version adoptée lors de la dernière session en mars 2021 (état de la loi au 01 avril 2021), et ce par tous les moyens à leur disposition, à savoir conférences de presse, publications officielles, etc.
12) En particulier, nous attendons que les citoyens soient dûment informés de l'article 6a de la loi Covid 19, qui confie au Conseil fédéral la tâche de délivrer un certificat de santé qui viole le principe fondamental de l'égalité de tous devant la loi contenu dans l’article 8 de la Constitution suisse. https://1291.one/souverain/
La catégorisation des personnes crée une discrimination qui est totalement inacceptable en raison de l'interdiction de l'inégalité de traitement des citoyens. En outre, ce certificat viole la protection des données.

Il convient aussi d'informer les citoyens de la durée effective de cette loi, qui n'expire pas le 31 décembre 2021, mais le 1er janvier 2032.

Nous aimerions également savoir ce que vous avez réellement l'intention de faire en maintenant une loi fédérale urgente qui court-circuite notre démocratie directe pour les 10 prochaines années.

La politique d'information de la Confédération doit refléter la situation juridique actuelle, sinon elle induira la population en erreur, ce qui aura de graves conséquences sur sa mission. Avec cette violation de l'exigence de transparence, vous assurez même l'invalidité du vote.

Nous veillerons à ce que les droits politiques de nos citoyens soient respectés, et les mouvements citoyens que nous représentons se réservent le droit d'intervenir auprès d'autres instances pour assurer une information complète de la population. Il existe aussi la voie de l’article 193, soit une procédure de révision totale de la Constitution. https://1291.one/souverain/
Les cantons de Berne, notamment lors du vote à Moutier, de Genève , enveloppes opaques, du Valais, autocollants, et du Tessin, enveloppes trouées, ont déjà pris quelques mesures de sécurisation des votes et nous les en félicitons.
Nous vous demandons d'accuser réception de cette lettre et d'indiquer comment et quand vous vous conformerez à votre devoir d’organisation de cette votation fédérale et d'information des peuples suisses, de toutes les Communes ou Municipalités et des Cantons. Compte tenu de l'urgence de la question, nous attendons une réponse rapide, dont nous vous remercions par avance.
Nous vous rappelons que vous avez prêté serment au nom de Dieu Tout-puissant en levant trois doigts en l’honneur de la Trinité et en pliant deux doigts pour honorer la nature humaine et divine du Christ.
https://1291.one/serment-2020/
Nous avons déjà compté plus de 20 violations graves de la Constitution, du droit naturel suisse, ( jura novit curia ) des lois de Nuremberg, des droits humains, alias droits de l’homme et de conventions internationales, notamment celles de Genève, d’Oviedo, du statut de Rome, de la Haye, de l’OSCE et de la CEDH.
Sans réaction urgente, forte et rapide de votre part, vous confirmez des violations graves du seul serment fédéral qui doit vous pousser à la démission immédiate.
Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Conseiller Fédéral et Président de la Confédération, l'expression de nos sentiments distingués.

Copies: à qui de droit.

%%votre signature%%

5 signatures

Partager avec vos amis:

   


Dernières Signatures
5 Christine F. 89300 France Juil 25, 2021
4 Germaine B. 1008 Switzerland Juil 19, 2021
3 Nathalie S. 2720 Switzerland Juil 17, 2021
2 Brigitte M. 2340 Switzerland Juil 16, 2021
1 François d. ?? Juil 11, 2021

Translate »