Vu les très graves et nombreuses affaires pédocriminelles à la TV  RTS suisse et que le lanceur d’alerte, M. Yan Lopez, qui les dénonce, est poursuivi par plusieurs procédures injustes, graves, coûteuses et vexatoires, payées par nos redevances.

Stop aux crimes dans la RTS ?

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs

Non aux pédocriminels en Suisse et surtout dans les mass-media !

Vu les très graves et nombreuses affaires pédocriminelles à la TV RTS suisse et que le lanceur d’alerte, M. Yan Lopez, qui les dénonce, est poursuivi par plusieurs procédures injustes, graves, coûteuses et vexatoires, payées par nos redevances.

Il a besoin de notre soutien, devant le tribunal. Voir l’ adresse qui est au-dessus de la pétition; qui changera trop souvent vu les nombreuses procédures civiles, pénales, prud’homales, à nos frais à tous.

M. le Directeur de la TSR,

Merci pour la libération immédiate, suite à près de 4 mois de préventive basée sur de fausses preuves et de graves diffamations et calomnies, de votre employé M. Yan Lopez, handicapé autiste Asperger.
M. Yan Lopez a travaillé depuis le 14.8.1989 pour la RTS, à satisfaction absolue, signé par M. J-P Leupin ( voir les annexes ).
Il n’a presque jamais été malade ou absent et a toujours œuvré de manière parfaite !
A tel point qu’il est appelé le papillon par ses collègues, car il passe de problème en problème avec élégance, sans jamais se plaindre !

Il a accumulé et diffusé tellement de preuves contre les réseaux pédocriminels qu’il est impossible qu’il le soit lui-même !

Il mérite son salaire qui ne lui est plus versé depuis des mois, en violation des lois et des conventions collectives. Il devrait aussi recevoir des excuses et une réintégration dans son emploi auquel il tient.

Il devrait être félicité pour son courage de lanceur d’alerte contre la pédocriminalité. Il est incroyable qu’on lui demande de se taire, alors qu’il n’avait jamais critiqué son employeur avant ces attaques et exigences injustifiables de M. Vanni Ermacora, qui violent notamment les libertés de pensées et d’expressions, si chères aux Suisses ! Dire la vérité n’est pas diffamer !

Une simple analyse du texte de la seule dénonciatrice évoquée dans la procédure le démontre: Il y a un casier judiciaire Fedpol à son encontre pour menaces de mort et des procédures et enquêtes en France et en Suisse contre elle et ses complices pour divers motifs très graves…

Commentaires:

Elle dit qu’elle agit au nom d’un collectif. Quel collectif ? Non précisé, mais nous avons découvert qu’il est satanique, sous le nom de swiss church of satan ! Ils ont volé l’ identité numérique notamment de M. Lopez, son compte gmail, youtube, facebook… et ils font ce qu’ils veulent avec. Ceci indique leur “moralité”… Ils sont vulgarisés, menaçants, se vantent d’utiliser du sang et de l’urine, notamment de juments.

Prudence donc avec de fausses “preuves” forgées par ses ennemis impitoyables, méchants, mauvais, vulgaires et sans pitié !

Avec nos meilleures salutations

Plus sur https://docs.google.com/document/d/1vwV6wgdn-kTRyPW-J_IZ9u-ysiDpKD2GPqCklNyhQpY/edit?usp=sharing

https://1291.one/petition-pour-yan-lopez-r-v-le-13-04/

et l’article de France Soir
https://www.francesoir.fr/societe-faits-divers/la-radio-television-suisse-entre-pedophilie-harcelement-et-mensonge

Merci de diffuser largement dans vos réseaux ces vérités importantes et urgentes pour les plus faibles, les petits enfants et même des bébés abusés sexuellement, sic. Le monde est déjà meilleur par ces simples petits gestes d’entraides gratuites.

Genevoiseries encore et encore … Pédo et corruptions en bandes organisées à Genève !
Pédo et corruptions en bandes organisées en Suisse et France voisine:https://abus-suisses.blogspot.com/2019/12/reseaux-epstein-chantages-degonfler.html
HYPERLINK TO COMMENTARY – Talk:Procureur Suisse Daniel Zappellli dans une affaire d’images pedophiles – WikiLeaks

FROM WIKILEAKS WEBSITE (COMMENTARY STATEMENT)

Procureur Suisse Daniel Zappellli dans une affaire d’images pedophiles
Indéniablement ce document prouve que Daniel Zappelli, procureur général du Canton de Genève (CH), a fait en mars 2004 une erreur de jugement manifeste dans une affaire d’images pédophiles saisies sur un ordinateur de la Ville de Genève, ce en classant trop hâtivement le dossier judiciaire concerné et en abandonnant, par conséquent, toute poursuite pénale à l’encontre du présumé fautif.

En effet, il a fallu un recours de Me L.B., avocate défendant la Ville de Genève dans ladite affaire, pour faire comprendre à Daniel Zappelli que les clichés en question étaient illicites et tombaient sous le coup de l’article 197 3bis du CPS.

Rappelons, par ailleurs, que le haut magistrat est blâmé pour ses faiblesses professionnelles non seulement par des avocats mais au sein même du Pouvoir judiciaire.

Pour résister: https://1291.one/fraudes-2/ MerciYouTube, Facebook violent la liberté d'expression, de religion, et de presse https://youtu.be/KkDP31oSYK0
Trump attaque en justice les réseaux sociaux. Bravo à lui il y a longtemps qu'ils censurent beaucoup trop. Aidons-le avec nos signatures https://1291.one/stop-youtube-facebook-qui-violent-les-libertes-et-de-presse/
Abaissement du consentement sexuel à 12 ans sur ordre de l’ONU. https://1291.one/corruptions/
Votations volées ?. https://1291.one/fraudes/

%%votre signature%%

296 signatures

Partager avec vos amis:

   

296 – est pour l’instant le nombre de signatures

 

Il a besoin de notre soutien, notamment ce 05 mai dès 13h00 devant le tribunal. Voir l’ adresse qui est au-dessus de la pétition; qui changera trop souvent vu les nombreuses procédures civiles, pénales, prud’homales, à nos frais à tous.

M. le Directeur de la TSR,

Merci pour la libération immédiate, suite à près de 4 mois de préventive basée sur de fausses preuves et de graves diffamations et calomnies, de votre employé M. Yan Lopez, handicapé autiste Asperger.
M. Yan Lopez a travaillé depuis le 14.8.1989 pour la RTS, à satisfaction absolue, signé par M. J-P Leupin ( voir les annexes ).
Il n’a presque jamais été malade ou absent et a toujours œuvré de manière parfaite !
A tel point qu’il est appelé le papillon par ses collègues, car il passe de problème en problème avec élégance, sans jamais se plaindre  !

Il a accumulé et diffusé tellement de preuves contre les réseaux pédocriminels qu’il est impossible qu’il le soit lui-même !

Il mérite son salaire qui ne lui est plus versé depuis des mois, en violation des lois et des conventions collectives. Il devrait aussi recevoir des excuses et une réintégration dans son emploi auquel il tient.

Il devrait être félicité pour son courage de lanceur d’alerte contre la pédocriminalité. Il est incroyable qu’on lui demande de se taire, alors qu’il n’avait jamais critiqué son employeur avant ces attaques et exigences injustifiables de M. Vanni Ermacora, qui violent notamment les libertés de pensées et d’expressions, si chères aux Suisses ! Dire la vérité n’est pas diffamer !

Une simple analyse du texte de la seule dénonciatrice évoquée dans la procédure le démontre: Il y a un casier judiciaire Fedpol à son encontre pour menaces de mort et des procédures et enquêtes en France et en Suisse contre elle et ses complices pour divers motifs très graves…

Commentaires:

Elle dit qu’elle agit au nom d’un collectif. Quel collectif ? Non précisé,  mais nous avons découvert qu’il est satanique, sous le nom de swiss church of satan ! Ils  ont volé l’ identité numérique notamment de M. Lopez, son compte gmail, youtube, facebook… et ils font ce qu’ils veulent avec. Ceci indique leur “moralité”…  Ils sont vulgarisés, menaçants, se vantent d’utiliser du sang et de l’urine, notamment de juments.

Prudence donc avec de fausses “preuves” forgées par ses ennemis impitoyables, méchants, mauvais, vulgaires et sans pitié !

Avec nos meilleures salutations

Plus sur  https://docs.google.com/document/d/1vwV6wgdn-kTRyPW-J_IZ9u-ysiDpKD2GPqCklNyhQpY/edit?usp=sharing

https://1291.one/petition-pour-yan-lopez-r-v-le-13-04/

et l’article de France Soir
https://www.francesoir.fr/societe-faits-divers/la-radio-television-suisse-entre-pedophilie-harcelement-et-mensonge

Merci de diffuser largement dans vos réseaux ces vérités importantes et urgentes pour les plus faibles, les petits enfants et même des bébés abusés sexuellement, sic.  Le monde est déjà meilleur par ces simples petits gestes d’entraides gratuites.

 

La Radio-Télévision Suisse entre pédophilie, harcèlement et mensonge.

Voici l’article de France Soirhttps://www.francesoir.fr/societe-faits-divers/la-radio-television-suisse-entre-pedophilie-harcelement-et-mensonge

 Publié le 08/01/2021 à 11:31

Auteur(s): Idriss Aberkane et Xavier AzalbertA+A

De gauche à droite : 

– Patrick Allenbach, 30 ans journaliste à la RTS, condamné pour crimes sexuel sur mineurs impliquant l’abus de sa position professionnelle. Des témoins rapporteront “tout le monde savait à la RTS”. closevolume_off

– Walter Bertschi, contributeur 18 ans à la RSR, condamné pour contrainte sexuelle sur mineur et sous mandat d’arrêt international, réfugié en Haïti où il a travaillé pour Haïti Press Networks. 

– Raymond Zumsteg, haut cadre de la RTS, reconnu coupable de viols répétés sur sa fille de quatre ans, et jusqu’à ses huit ans. Bien que Bertschi et Zumsteg aient été médiatisés durant toute leur carrière (Zumsteg sera producteur exécutif de l’Eurovision de Lausanne) il est aujourd’hui impossible de retrouver la moindre photographie d’eux sur Internet. 

En cause : la censure et la “loi du silence” qui règnent à la RTS, et en particulier l’oeuvre de nettoyeurs médiatiques dont Ludovic Rocchi (à droite) perpétue aujourd’hui une tradition distinguée. Contacté à plusieurs reprises pour lui demander des explications sur les scandales de pédocriminalité de la RTS, ce dernier a tenté de censurer l’auteur par voie d’intimidation légale puis a signé seize mensonges (d’après cinq témoins) pour étouffer une autre très grave affaire, cette fois de corruption et d’abus d’autorité présumés au sein de la magistrature suisse. Au moins sept affaires de criminalité sexuelle, dont une grande majorité pédophiles, ont impliqué la RTS depuis 1999, et selon plusieurs témoins le scandale de harcèlement sexuel de 2020 n’est que l’arbre qui cache la forêt.

“La RTS ne perd pas le pédophile” c’est déjà ainsi que le journal satirique Vigousse, qui mérite bien d’être appelé le “Canard Enchaîné du Lac Léman”, titrait le 14 janvier 2011… neuf ans avant les révélations accablantes du quotidien pourtant conservateur Le Temps sur la culture d’intimidation et de prédation sexuelle à la RTS. Le chapô de l’article était prémonitoire : “quand la SSR est prise dans une sale affaire, elle joue la surprise comme d’autres jouent la montre : autopsie d’une tactique”. (SSR : ancêtre constitutif de la RTS, dont la formation visait justement à faire entre autres oublier de trop nombreuses affaires de pédophilie.)

Car tactique est bien le mot, mais quand vous avez délibérément mis en place une méthode reproductible pour étouffer vos pléthoriques scandales de pédophilie et de harcèlement sexuel, c’est que vous avez un problème majeur. Posons donc la question sans ambages : les crimes sexuels sont-ils un fil rouge de la Radio-Télévision Suisse ? Nous devons la réponse formelle à nos lecteurs : oui, sans le moindre doute !
 

Une machine à crimes sexuels

Il n’est pas possible de le dire autrement : les crimes sexuels et en particulier la pédophilie relèvent d’un mal systémique à la RTS, d’ailleurs comment pourrait-on expliquer autrement cet enchaînement historique d’affaires dont plusieurs sources interrogées nous confirment en choeur qu’elles sont loin de former une liste exhaustive ?

Affaire Thierry Catherine

C’est sur son ordinateur professionnel de la RTS que sont retrouvés par l’informaticien Jorge Resende plus de six cent images pornographiques, certaines identifiées par l’informaticien comme pédophiles puis clairement qualifiées d'”images punissables” de l’aveu même de la RTS, qui n’avait pu totalement étouffer l’affaire dans les années 2000, rapportant : “La question qui subsiste est de savoir pourquoi la RSR, mise au courant des faits par l’informaticien, n’a pas dénoncé pénalement le détenteur des photos, le caractère pédophile de certaines d’entre elles étant avéré”. La multinationale étatique suisse harcèlera cependant l’informaticien au point qu’une interpellation parlementaire aura lieu à son sujet. Nous ignorons encore tout du sort des enfants pris en photo. Thierry Catherine, sympathique “grand-père Lausannois” comme il se décrit aujourd’hui sur son compte twitter, travaille sereinement pour France Bleu Champagne. Quant au lanceur d’alerte Resende, il a été licencié, sa carrière brisée, et a même engagé à l’époque une grève de la faim…

Affaire Roland B.

Employé de la RTS. Des témoins et anciens collaborateurs rapportent que sont identifiées des centaines d’images pédopornographiques sur son ordinateur de travail, puis qu’il est condamné au début des années 2000. Il reste très peu de traces de cette affaire dans les archives comme sur Internet

Affaire Patrick Allenbach

Présentateur rock n’roll vedette des organisations qui fusionneront pour devenir la RTS, Allenbach est condamné en France pour agression sexuelle sur mineurs, des faits qu’il a entièrement reconnus et dont il s’est excusé peu de temps avant sa mort. Selon plusieurs témoins il aurait bénéficié de protections insistantes de la direction de la RTS, d’où l’affaire suivante :

Affaire Raymond Zumsteg

Au cours de ses fonctions, il est reproché à ce haut cadre de la RTS, notamment producteur exécutif de l’Eurovision de Lausanne d’avoir agi pour dissimuler divers crimes et scandales sexuels. Au final, il sera lui-même reconnu coupable d’actes sexuels sur des enfants et du viol répété de sa fille dès l’âge de quatre ans, et mis en prison. Il aura été protégé jusqu’au bout par la RTS, dans une démarche qui semble flirter avec la corruption, le journaliste Patrick Nordmann rapportant en effet: Guillaume Chenevière, directeur de la TSR à l’époque, avait accepté de réintégrer ce triste personnage contre un « financement exceptionnel » octroyé par Berne pour un projet qui lui tenait à cœur. Et de poursuivre: “Alors qu’il était en poste à Genève grâce à Guillaume Chenevière, Raymond Zumsteg a réussi à couvrir pendant des mois les agissements d’un autre cadre qui collectionnait des images de pornographie infantile, allant jusqu’à menacer les employés qui avaient découvert la chose. On dit même qu’il s’agissait déjà d’Allenbach.”

Affaire Janry Varnel

Autrefois chef du service jeunesse de la RTS (cela ne s’invente pas), aujourd’hui carrément en cavale pour des faits présumés de pédophilie. Ni sa photographie ni les faits principaux de sa cavale ne sont plus disponibles sur Internet, la RTS ayant, n’en doutons pas, réalisé un excellent travail de nettoyage (voir plus loin). On notera juste ce titre involontairement tragique du Temps en 1998 à propos de Varnel “Pour séduire les enfants et les fidéliser, la TSR invente le logo qui rigole“. Rendue plus glauque par l’impitoyable contextualisation du temps, cette citation directe de Varnel y décrivant sa campagne : “pour les choper à la sortie de l’école (…)”. Cavale donc, sans un jour de tribunal, et sans excuses de la RTS. C’est au fond, parce qu’il n’y a pas eu d’affaire qu’on doit précisément parler d’affaire !

Affaire Walter Bertschi

Animateur radio à la RTS (RSR), “condamné pour pédophilie et “réfugié” en Haïti où il continue son petit commerce” toujours selon Vigousse. Cela commence à faire beaucoup de pédophiles issus de la RTS en cavale tout de même, pour une couverture médiatique inversement proportionnelle.

Affaire dite Darius Rochebin

Il en soi malhonnête d’appeler cette affaire “Darius Rochebin”, bouc-émissaire facile d’un système intégré où prolifère, toujours selon le Temps, une culture du harcèlement sexuel et professionnel (mobbing), des comportements dignes des pires mafia des Balkans, révélés certes en 2020, mais s’étant étalés sur des décennies. Il n’empêche, est re-démontré que la RTS a chroniquement récidivé dans la protection des pervers et des vicieux, mais si sont sorties de l’affaire quelques demandes déplacées (“tu te branles souvent ?”),  on ne peut la décrire autrement que comme l’arbre qui cache – toujours – la turpide forêt pédophile.

Dès 2011 donc, le caricaturiste aujourd’hui disparu “Mix & Remix” avait résumé d’un dessin assassin la sordide culture qui régnait au plus au niveau à la Radio-Télévision Suisse : sous le titre “un pédophile démasqué à la RTS”, sept journalistes en sueurs pensaient trop haut “…ouf !… c’est pas moi !”

“Tout le monde savait”

Car oui, tout le monde savait, comme le souligne impitoyablement Nordmann :

Plus grave encore, toutes sortes de bruits couraient depuis des lustres, dans les couloirs de la télévision et de la radio, sur les mœurs troubles de notre gaillard. Difficile d’imaginer qu’aucun membre de la direction n’en ait jamais entendu parler. Cette stratégie qui consiste à “cacher la merde au chat” est une véritable constante.

Et de conclure :

Les affaires passent et la SSR continue à jouer les innocentes. Cela fait partie d’une tactique qui cache encore bien d’autres méfaits !

Le 11 janvier 2020, une protestation est organisée devant les locaux de la RTS, les manifestants tirant une vaste banderole : à côté d’un très jeune enfant en pleur, on peut lire “la pédophilie est une longue tradition à la RTS”. Une autre manifestation interpellait la direction de la multinationale étatique helvète, rebaptisée pour la banderole “Radio-Télévision-Silence”.

 

   
   

Deux groupes manifestant devant les bureaux de la RTS en 2020, le premier au sujet des affaires de pédophilie, le second contre l’affaire de harcèlement sexuel, la plus récente.

Bien sûr, l’enchaînement olympique d’affaires pédocriminelles impliquant des employés de la RTS, en particulier dans l’exercice de leurs fonctions n’a fait l’objet d’aucun reportage pas plus qu’il n’est rapporté sur les fiches Wikipédia de la multinationale étatique. Pourquoi est-il si difficile d’obtenir ne serait-ce qu’une photographie, même ancienne, des sieurs Varnel, Bertschi, Zumsteg ou Catherine ? Pourquoi n’est-il pas possible de retrouver des articles de journaux rapportant chacune des affaires individuellement, et pourquoi aucun enquêteur de la trempe de feu Pierre Péan n’a-t-il commis de livre, autant à la charge de la RTS qu’à la mémoire des victimes répétées de sa perversion systémique ?

Si déjà en 2011 un journal satirique pouvait rapporter une méthode rodée pour étouffer les scandales pédocriminels, doit-on conclure que ces martingales obscènes relèvent d’un autre temps, ou au contraire qu’elles se sont institutionnalisées au point de former une véritable culture ? Hélas, le bouillon de vice est aussi difficile à contempler qu’il est froidement factuel. Il y a dans l’article du Temps de 2020 le rapport d’une “systématique précise” dans le harcèlement sexuel du grand média suisse, mais nous devons aller plus loin pour analyser ce phénomène – scientifique dans sa reproductibilité – et relever avec rigueur une autre systématique toute aussi grave mais beaucoup plus discrète, celle du spin doctoring et du marketing politique, par lequel la réalité est déformée, aménagée, voire bâillonnée pour manipuler le public. Comment en effet plaider la surprise quand vous traînez avec vous la loi des séries ?

Pour ménager à la RTS une éternelle virginité pénale et morale, il faut que chaque nouveau scandale sexuel soit le premier. Pour cela, il faut une équipée de nettoyeurs chevronnés, un chaînon décisif à la récidive pédophile, complice mais présumé innocent, qui autorise la pérennité du vice par ses silences et ses écrans de fumée.

Le cas Ludovic Rocchi ou la machine à étouffer

S’il y a une machine à crimes sexuels, c’est qu’il y a aussi une machine à étouffer, sur laquelle trop peu de journalistes osent s’arrêter parce qu’elle interroge l’intégrité de toute leur profession. Mais entendons-nous bien, même si nous devons nommer quelque représentant distingués de la machine à détourner l’attention, nous devons souligner que le problème n’est aucunement individuel, il est structurel. En 1984, le cognitiviste Niklas Luhmann emprunte à la biologie le concept d’autopoiëse pour l’appliquer aux systèmes sociaux:  par “autopoiëse sociale” il décrit la façon dont un système, une culture, peut former et entretenir des gens à sa conformité. En criminologie, l’autopoiëse sociale explique la durabilité des mafia, des sociétés clandestines ou des clubs de perversions. Ayant rejoint un système propice au vice, l’individu s’y retrouve conformé et poli par le temps, ce d’autant plus facilement que sa morale et son intégrité sont fragiles. Dans cette grande broyeuse de l’honneur, nous pouvons donc relever une identité particulière, mais jamais l’accabler seule.

Toute mafia a donc son omertà et ses nettoyeurs. A la RTS on l’a vu, ces pratiques se sont carrément érigées en culture : intimidation, harcèlement, dénigrement et attaques personnelles, “character assassination”, mais surtout, le culte du secret et du mensonge. Si la RTS rêve donc de mettre toutes ses pétulantes affaires de pédophilie derrière elle, un dossier très prometteur doit attirer notre attention, celui de l’affable Ludovic Rocchi, spin doctor et nettoyeur médiatique qui témoigne de toute la viridescence de la Radio-Télévision Suisse ès lois du silence. Nous avons tenté de le contacter à plusieurs reprises pour lui demander des comptes quant à la pédophilie en série qui sévit chez son employeur : à chaque fois, non seulement l’individu s’est défilé, mais il a aussi tenté de nous diffamer publiquement et de nous intimider légalement. Plusieurs témoins ont suivi cette affaire, mais pour se protéger des intimidations violentes de la RTS, ils ont préféré garder l’anonymat.

“Ludovic Rocchi c’est un cas d’école. Il n’a certes pas de problème connu de pédocriminalité, mais de son comportement à la RTS on peut dire aussi qu’il n’a pas de problème avec elle non plus quand elle frappe son employeur. C’est une constante chez lui : vous lui mettez un énorme scandale sous le nez et il fera un sujet sur autre chose. Philip Morris installe sous ses yeux un des plus gros complexes tabaco-industriels au monde ? Nestlé s’embourbe dans des pratiques immorales sur la privatisation des aquifères ? Il vous fait un sujet sur l’éco-terrorisme. La banque Bonhôte de Neuchâtel négocie discrètement de se faire taper sur les doigts par le fisc américain pour faire oublier des comportements frauduleux ? Il vous fait un sujet sur l’obscur plagiat d’un professeur immigré. Vous lui mettez sous le nez le collier d’affaire pédophiles impliquant la RTS, il vous dit que ce n’est pas le sujet”

“Ce avec quoi Ludovic Rocchi a un vrai problème par contre, c’est avec la charte de Munich, le code de déontologie suprême des journalistes selon lequel, en substance, il faut dire la vérité, toute la vérité et rien que la vérité. Dans l’affaire Sarah Weingart par exemple, où une procureure suisse est tout de même accusée de corruption par 174 femmes sénégalaises et mauritaniennes (il lui est reproché d’avoir favorisé des parties et abusé de son autorité dans une grave affaire de contrainte), il est parvenu à entasser quatorze mensonges par omission et deux mensonges directs (la RTS fera très discrètement corriger un de ces mensonges) dans un seul article, pour tourner l’affaire dans le sens qui arrangeait le plus le pouvoir, terrifié à l’idée que le dossier sorte dans les média. Il est comme ça : vous lui donnez le scandale pénal de la décennie, il vous oriente sur un fait divers.” 

Si comme l’a donc très bien décrit le journaliste Nordmann, la RTS doit pouvoir, à chaque nouveau scandale de harcèlement ou de pédophilie, plaider la surprise et la virginité, il faut que chaque nouveau crime soit perçu comme le tout premier. Une telle modification de la perception publique nécessite des nettoyeurs médiatique chevronnés, des gens capables de détourner l’attention d’une manière dilatoire pour empêcher la vérité de paraître dans son intégralité. Pour que les scandales de harcèlement, de pédocriminalité et de corruption persistent à la RTS, il faut des gens comme Ludovic Rocchi, qui refusent de rapporter la totalité des faits, et cherchent à intimider voire à discréditer les enquêteurs sur leur passage. Un autre témoin de poursuivre :

“Vous savez, on dit que les menteurs amateurs mentent, mais que les menteurs professionnels mentent par omission. Si cette maxime est bien vraie dans le métier, on peut clairement dire de Ludovic Rocchi qu’il est un menteur professionnel, et chevronné encore ! Comme disent les anglo-saxons “he’s a natural !””

Nous ne pouvons être plus clairs : en matière criminelle, et ô combien en matière de pédocriminalité, tout silence est coupable. De la même façon qu’un chef d’orchestre sait où placer ses silences, ce sont les affaires dont on refuse de parler, les preuves et les faits que l’on refuse de rapporter, qui sont les plus incriminants en matière journalistique. Quand on a une structure malsaine, on forme des individus malsains, c’est inévitable. Les odieux crimes sexuels qui fleurissent à la RTS depuis des années ne peuvent s’épanouir qu’à l’ombre d’un silence coupable, mais il faut comprendre que le silence est un métier, un travail, une méthode professionnelle polie par des experts chevronnés et délibérés dans leur immoralité. On prête moins d’attention aux petites mains, aux silences coupables, pourtant ce sont eux qui autorisent les crimes de demain. Ainsi l’avait très bien décrit Albert Einstein devant la Société du Décalogue de Chicago en 1954 : “…le silence m’aurait rendu coupable de complicité”.

Bibliographie

• “La SSR ne perd pas le pédophile” Patrick Nordmann, Vigousse, 14 janvier 2011

• “Patrick Allenbach jugé pour agressions sexuelles sur mineurs”, 24 Heures, 21 Novembre 2012

• “La RTS, Darius Rochebin et la loi du silence” Boris Busslinger, Célia Héron, Sylvia Revello, Le Temps, 31 Octobre 2020

• “Affaire des fichiers pédophiles à la RSR : Resende plus déterminé que jamais”, 20 Minutes, 13 Mai 2008

• “14 mensonges aggravés dans l’article de Ludovic Rocchi” M-22-9, 4 décembre 2020

• “Le procureur Pierre Aubert insulte officiellement les 174 femmes peules qui accusent son administration de corruption” Medium, Thierno Dicko, 12 Décembre 2020 


• “le tremblement de terre en Haïti, une aubaine pour les pédophiles aussi ?” Blog “Elsie News”, Elsie Haas, 25 janvier 2010

• “Pourquoi le journaliste Ludovic Rocchi essaye t’il de censurer l’affaire dite de “l’or des peuls?”” Medium, Thierno Dicko, 19 novembre 2020

 “La poutre dans l’oeil de la caméra” Les Observateurs, 26 Octobre 2012

 “RSR : des fichiers pédophiles “punissables””, RTS, 28 juin 2010

• “SSR : Financer la redevance, c’est aussi payer pour protéger les pédophiles” Blog Bafweb, Adrien de Riedmatten 12 janvier 2018
 

Auteur(s): Idriss Aberkane et Xavier Azalbert

Pour info, messages à la TSR  Copie pour votre information. Messages écrits à la direction de la TSR en sa faveur   
Le premier est envoyé le 12, il est libéré le lendemain ?
Concerne: Yan Lopez. 
Lausanne, le 12 février 2010
Monsieur le Directeur Pascal Crittin.
Selon une étude attentive du dossier, il semble que notamment votre signature a été utilisée à votre insu plusieurs fois  sur une procédure très douloureuse et très coûteuse. Le dossier juridique est déjà très épais, le coût sera vite supérieur à fr 100’000 fr, à charge des “contribuables” Serafe !M. Yan Lopez, handicapé autiste Asperger, votre employé pendant près de 30 ans à totale satisfaction, a été licencié brusquement par la TSR, SSR, RTS,  
sur demande de ses persécuteurs, la plupart des pédocriminels français en bandes organisées, anonymes et d’une vulgarité ignoble, qui ont probablement des complices parmi vos collaborateurs ! Vu de fausses “preuves” et d’horribles calomnies et diffamations, il a été mis au secret absolu, en préventive, sans jugement, depuis le 17 octobre 2019.Les signatures des deux directeurs de la TSR semblent soit fausses, soit  “par ordre” illégitimes. Le procureur Olivier Jornot peut vous en fournir les preuves.
La TSR, SSR, RTS…  ne lui versent plus aucun salaire probablement de manière illégale depuis bien avant, depuis des mois, alors qu’ils auraient dû les verser jusqu’à fin 2019. Ceci fera l’objet d’une autre procédure devant les prud’hommes, il y aura donc de très nombreuses procédures, avec celles civiles et pénales en plus de celles de M. Vanni Ermacora ( en tout plus de 9 procédures et factures de plusieurs avocats, sic, sans compter les dégâts d’image faits à la TSR, tous les frais, dommages et erreurs à notre charge à tous vu que M. Yan Lopez va gagner finalement tous ces procès iniques !).
En fait, vous auriez dû l’augmenter et le promouvoir vu son courage à combattre l’horreur de la pédocriminalité et vu la qualité de son travail et de son combat efficace de plus de 30 années contre les réseaux pédocriminels. Nos sources internes dans la TSR parlent de lui comme d’ un papillon efficace pendant trente années, qui passe de problèmes en problèmes avec des solutions efficaces et rapides.
Dans l’impossibilité totale de faire les démarches administratives afin de toucher ses indemnités de chômage notamment, il ne peut plus verser ce qu’il doit à sa famille, ni ses loyers, ni ses assurances, ni aucune de ses factures, et son avocat d’office, dont le nom est gardé secret, refuse de le faire ! 
Aucun humain ne peut le défendre juridiquement car les autorités empêchent toute procuration, sic ! On est en présence d’abus graves de faiblesse d’un handicapé autiste Asperger !

Nous invoquons donc les plus hautes autorités pour lui rendre justice et faire faire une enquête à charge et à décharge, avec la présomption d’innocence et la clairvoyance d’examiner les fausses “preuves” avec intelligence !  

Il faut de plus le libérer très rapidement vu toutes les circonstances !
En restant à votre entière disposition pour tout renseignement complémentaire, je vous présente mes meilleures salutations
François de Siebenthal Ancien Consul général des Philippines, économiste HECAv. Dapples 23 1006 Lausanne siebenthal@gmail.com 021 616 88 88    
Annexe:Copie de l’un des courriels précédent, tous restés sans réponse sérieuse.
Bonjour,
Samedi 8 Février à Carouge, il y a eu une manifestation devant des médias sur la situation de M. Yan Lopez un ancien collaborateur de la RTS qui est actuellement en détention à Genève sans aucun droit de la défense et de visite, et qui a ses revenus de la RTS supprimés depuis juillet.
Le groupe de soutien a écrit plusieurs fois pour rencontrer la Direction de la RTS, Puisqu’il n’y a pas de réponse, les appels vont donc se faire publiquement. Voici la première vidéo.
https://www.youtube.com/watch?v=HAc6aDFB2YI&feature=youtu.be

Je pense que c’est un sujet qui mérite l’attention des journalistes,N’oubliez pas que sa fille est lésée par les suppressions de salaires de son père et les amendes qu’il pourrait verser.
M. François de Siebenthal et son groupe de soutien serait ravi de pouvoir rencontrer des responsables de la télévision pour expliquer l’affaire et trouver une bonne solution.

Merci beaucoup pour votre attention.
Mail de ce lundi
M. le Directeur,
Merci pour la libération de votre employé M. Yan Lopez, handicapé autiste Asperger.M. Yan Lopez a travaillé depuis le 14.8.1989 pour la RTSR, à satisfaction absolue, signé par M. J-P Leupin ( voir les annexes ).Il n’a presque jamais été malade ou absent et a toujours travaillé de manière parfaite !A tel point qu’il est appelé le papillon par ses collègues, car il passe de problème en problème avec élégance, sans jamais se plaindre  !
Il a accumulé et diffusé tellement de preuves contre les réseaux pédocriminels qui’il est impossible qu’il le soit lui-même !
Il mérite son salaire qui ne lui est plus versé depuis des mois, en violation des lois et des conventions collectives. Il devrait aussi recevoir des excuses et une réintégration dans son emploi auquel il tient. 
Il devrait être félicité pour son courage de lanceur d’alerte contre la pédocriminalité. Il est incroyable qu’on lui demande de se taire, alors qu’il n’avait jamais critiqué son employeur avant ces attaques et exigences injustifiables de M. Vanni Ermacora, qui violent notamment les libertés de pensées et d’expressions, si chères aux suisses ! 
Une simple analyse du texte de la seule dénonciatrice évoquée dans la procédure le démontre:

Merci de cliquer sur l’image pour l’agrandir fortement et la lire. image.png
Commentaires:
Quel collectif ? Non précisé, selon sons recherches, c’est le collectif satanique trouvé sous le nom de swiss church of satan sur Youtube.com . Ils le suivent dans les rues de Carouge, lui jettent des sorts sataniques, transpercent une poupée vaudou avec son nom écrit dessus…  etc… 
Ils lui ont volé son identité numérique, son compte gmail, youtube, facebook… et ils font ce qu’ils veulent avec cette usurpation d’identité. Ceci indique leur “moralité” de très bas étage… 
Dire la vérité n’est pas diffamer !
Que des soupçons d’attouchements, par la “justice” française elle-même impliquée de très sombres affaires prouvées de réseaux abominables… avec beaucoup plus que des soupçons de seulement des attouchements, mais de la pédocriminalité dure au plus haut niveau, y compris de ministres ! …
Que des doutes sur son histoire. Nous sommes certains que c’est vrai !
Condamné  avec sursis… Tout est réglé, on a le droit à l’oubli, surtout dans cette fausse condamnation…
Prison ferme, mandat d’arrêt, mon oeil, il est allé plusieurs fois en France sans problèmes, aucune preuve !
Nouvelle condamnation, ? Aucune preuve ! 
Images pédocriminelles ? Que du bluff malfaisant et diffamatoire !etc…Prudence donc avec de fausses “preuves” forgées par ses ennemis impitoyables, méchants, mauvais, vulgaires et sans pitié !    Avec nos meilleurs sentiments et  amitiés classiques
François de Siebenthal Av. Dapples 23 1006 Lausanne siebenthal@gmail.com ++41 21 616 88 88
021 616 88 88    Voir le logo ci-dessous avec le papillon Y. !

PS:    Prudence avec les fausses preuves forgées par ses ennemis impitoyables, méchants, mauvais, vulgaires et sans pitié !  
Plus d’informations: https://docs.google.com/document/d/1vwV6wgdn-kTRyPW-J_IZ9u-ysiDpKD2GPqCklNyhQpY/edit?usp=sharing
Il est appelé le papillon par ses collègues, car il passe de problème en problème avec élégance, sans jamais se plaindre  !

Il a accumulé et diffusé tellement de preuves contre les réseaux pédocriminels qui’il est impossible qu’il le soit lui-même ! La manifestation du 7 mars devant la tour de la TSR est maintenue dans ce sens.

… Cette stratégie ( de la TSR ) qui consiste à cacher la merde au chat est une véritable constante. On se souvient de Thierry Catherine, ce cadre de la radio dénoncé par l’informaticien Jorge Resende qui avait découvert en 2005 des photos à caractère pédophile dans le serveur de la RSR de ce futur directeur de la Première. Viré et vilipendé par Gérard Tschopp, alors directeur de la RSR, Resende a dû attendre l’année 2010 pour être réhabilité par la RTS de Gilles Marchand. Et il y a hélas d’autres cas où la SSR a protégé, en toute connaissance de cause, des cadres qui ont fini devant la justice. Chef du département technique de la TSR et ancien cadre de la SSR, Raymond Zumsteg avait connu son heure de gloire en 1989 en organisant le Concours Eurovision de la chanson à Lausanne. Peu après, il avait été nommé à Berne à un poste supérieur. En fait, il s’agissait d’éloigner de Genève un chef aux mœurs plus que douteuses. Mais, quelques mois plus tard, notre homme était de retour à Genève pour reprendre son département dans la tour de la télévision, malgré l’opposition des collaborateurs qui le connaissaient. Guillaume Chenevière, directeur de la TSR à l’époque, avait accepté de réintégrer ce triste personnage contre un « financement exceptionnel » octroyé par Berne pour un projet qui lui tenait à cœur. Pl us tard, en 2005, Raymond Zumsteg a été reconnu coupable d’actes sexuels sur des enfants et de viols sur sa petite-fille de 4 ans, qui ont duré jusqu’à ses 8 ans. Verdict: 10 ans de prison. Alors qu’il était en poste à Genève grâce à Guillaume Chenevière, Raymond Zumsteg a réussi à couvrir pendant des mois les agissements d’un autre cadre qui collectionnait des images de pornographie infantile, allant jusqu’à menacer les employés qui avaient découvert la chose. On dit même qu’il s’agissait déjà d’Allenbach. Pour la bonne bouche, on n’oubliera pas Walter Bertschi, animateur d’émissions folk sur la RSR, poursuivi et condamné pour pédophilie et «réfugié» en Haïti où il continuait son petit commerce, ni Janry Varnel, chef du département jeunesse de la TSR, quelque peu contraint de se tirer vite fait pour le même genre de motif. Les affaires passent et la SSR continue à jouer les innocentes. Cela fait partie d’une tactique qui cache encore bien d’autres méfaits!

Patrick Nordmann

http://www.vigousse.ch/numeros/45/pdf/Vigousse_no45.pdf

Quelques affaires citées, de notoriété publique:

– L’affaire Roland Bargetto étouffée début 2000

– L’affaire Thierry Catherine / l’informaticien Jorge Resende, 2005 à 2010, rapportée à maintes reprises par la presse

– L’affaire Patrick Allenbach de 2012, également rapportée par les médias imprimés

https://www.24heures.ch/suisse/patrick-allenbach-juge-agressions-sexuelles-%20mineurs/story/24561376

– Raymond Zumsteg, Chef du département technique de la TSR et SSR

– Walter Bertschi, animateur d’émissions folk sur la RSR,

– Janry Varnel, chef du département jeunesse de la TSR, sic

Complices, soutiens, compromis, abstentions coupables ou pire ? :

Gérard Tschopp, alors directeur de la RSR

Guillaume Chenevière, directeur de la TSR à l’époque

Gilles Marchand, directeur de la SSR

Vanni Ermacora

Les avocats, juges, policiers, procureurs, journalistes qui ne sont pas sérieux dans leurs enquêtes

la SSR organise régulièrement des « séminaires » au Château de Bossey en présence de « très jeunes filles » « court-vêtues ».

Yan Lopez devrait être décoré pour sa lutte constante depuis 8 ans contre la pédocriminalité et devrait être réintégré et même promu directeur de la TSR !

La procédure pénale est le 5 mai à 13h00, au lieu précisé ci-dessus….

Voici l’article de France Soir https://www.francesoir.fr/societe-faits-divers/la-radio-television-suisse-entre-pedophilie-harcelement-et-mensonge

https://www.letemps.ch/suisse/rts-darius-rochebin-loi-silence?utm_source=twitter&utm_medium=social&utm_campaign=article_traffic

L’obligation de dénoncer 
BASES LÉGALES (en Suisse) 
Obligation de dénoncer 1. En vertu de l’article 33 de la loi d’application du code de procédure pénale suisse (LaCP – E 4 10) et d’autres lois fédérales en matière pénale : « Toute autorité, tout membre d’une autorité, tout fonctionnaire […] et tout officier public acquérant, dans l’exercice de ses fonctions, connaissance d’un crime ou d’un délit poursuivi d’office est tenu d’en aviser sur-le-champ la police ou le Ministère public […]». 2. On entend par « acquérir dans l’exercice de ses fonctions » le fait de prendre connaissance d’une information ou d’assister à un évènement dans le cadre de sa fonction. A titre d’exemple, la commission d’une infraction observée par un membre du personnel/staff sur le chemin du travail n’entre pas dans ce cadre. En revanche, un événement commis dans les locaux/sur les terrains du club en fait partie. 3. Seules les infractions poursuivies d’office, et non les infractions poursuivies sur plainte, font l’objet de l’obligation de dénoncer prévue par l’art. 33 LaCP. A. Les infractions poursuivies d’office 4. Les infractions poursuivies d’office sont des infractions que les autorités pénales doivent poursuivre dès qu’elles en ont connaissance, soit par leurs propres constatations, soit par information donnée par le lésé (plainte pénale) ou sur dénonciation d’un tiers. C’est le code pénal suisse qui définit les infractions poursuivies d’office ou sur plainte. Sont notamment poursuivies d’office les infractions suivantes : 1. toutes les infractions contre la vie (art. 111 ss CP), notamment l’incitation ou l’assistance au suicide (art. 115 CP) et l’homicide par négligence (art. 117 CP) ; 2. les lésions corporelles graves (art. 122 CP) ; 3. les voies de faits répétées sur un enfant dont on a la garde ou sur lequel on doit veiller (art. 126 al. 2 let. a CP) ; 4. la mise en danger de la vie ou de la santé d’autrui (art. 127 CP) ; 5. la fausse alerte, soit le fait d’alerter sciemment et sans raison les services de sécurité publics ou d’intérêt général (art. 128bis CP) ; 6. la représentation de la violence (art. 135 CP) 7. la remise à des enfants de moins de 16 ans de substances nocives, notamment des boissons alcooliques ou des stupéfiants (art. 136 CP) ; 8. le vol (art. 139 CP) ; 9. le brigandage (art. 140 CP) ; 10. l’escroquerie, notamment celle à l’assurance (art. 146 CP) ; 11. les fausses communications aux autorités chargées du registre du commerce (art. 153 CP) ; 12. le détournement de retenues sur les salaires (art. 159 CP) ; 13. les infractions contre l’intégrité sexuelle (art. 187 ss CP), notamment les actes d’ordre sexuel avec des personnes dépendantes âgées de 16 à 18 ans (art. 188 CP) ; 14. la violation du devoir d’assistance et d’éducation (art. 219 CP) ; 15. les violences ou menaces contre les autorités et les fonctionnaires, étant précisé que la commission de cette infraction suppose que le fonctionnaire ait été empêché de faire un acte entrant dans ses fonctions (art. 285 CP) ; 16. les infractions contre les devoirs de fonction et les devoirs professionnels (art. 312 ss CP), notamment l’abus d’autorité (art. 312 CP), les faux dans les titres commis dans l’exercice de fonctions publiques (art. 317 CP), la violation du secret de fonction (art. 320 CP) ; 17. la dénonciation calomnieuse (art. 303 CP), l’induction de la justice en erreur (art. 304 CP) et l’entrave à l’action pénale (art. 305 CP). B. Les infractions poursuivies sur plainte 5. Les infractions poursuivies uniquement sur plainte sont des infractions de moindre gravité qui ne sont poursuivies par les autorités pénales qu’à la demande expresse de la personne lésée, et seulement de celle-ci. Il s’agit des infractions dont le descriptif dans le code pénal suisse contient l’indication « sur plainte ». Une dénonciation effectuée par un tiers ou la constatation effectuée par la police ne permettent pas à elles seules de déclencher la poursuite pénale dans ces cas. Une plainte formelle du lésé est indispensable. Conséquences de l’omission de dénoncer 1 L’article 305 CP réprime l’entrave à l’action pénale en prévoyant notamment à son alinéa 1 que « celui qui aura soustrait une personne à une poursuite pénale ou à l’exécution d’une peine ou d’une des mesures prévues aux art. 59 à 61, 63 et 64 [CP] sera puni d’une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d’une peine pécuniaire ». Ainsi, celui qui omet de dénoncer un crime ou un délit poursuivi d’office sans motif suffisant encourt le danger de se rendre coupable d’entrave à l’action pénale. 2 Par ailleurs, lorsqu’un membre du club décide de ne pas dénoncer un crime ou un délit (abus) poursuivi d’office de façon non justifiée, il enfreint ses devoirs, de sorte qu’il encourt, en sus de la potentielle poursuite pénale, une sanction disciplinaire.
  PROCÉDURE CONSEILLÉE 
Dénonciation aux autorités pénales 1 Le membre du club ayant connaissance de la commission d’une infraction pénale poursuivie d’office ou la suspicion de la commission d’une telle infraction dans l’exercice de ses fonctions doit en informer immédiatement la direction du club par voie hiérarchique. 2 En cas de doute sur son obligation de dénoncer en lien avec son activité, le membre du club en informe immédiatement la direction du club par voie hiérarchique. 3 La direction du club examine les faits et procède à une vérification du principe de proportionnalité. Suite à cet examen, il décide s’il y a lieu de procéder à la dénonciation. 4 Le membre du club et/ou sa hiérarchie ne doivent jamais mener l’enquête personnellement. L’enquête est toujours conduite par la police et la justice. 5 La direction du club procède à la dénonciation pénale des infractions poursuivies d’office ; elle doit prendre la forme écrite, soit par courrier adressé au Procureur général (Ministère public), soit par déposition dans un poste de police. Dans ce cadre, il doit demander à l’autorité pénale d’être informé des suites données à sa démarche. 6 Si l’auteur supposé de la commission d’une infraction poursuivie d’office est un membre du staff/comité du club, il revient par ailleurs à la direction du club de suivre le dossier sous l’aspect disciplinaire. (document réalisé sur la base de la LaCP et de la directive de la Ville de Vernier / 20.10.2017)

Toutes les personnes concernées sont susceptibles d’être touchées par ces mesures exceptionnelles pour les crimes et délits suivants: – Abus de confiance. – Abus de pouvoir. – Abus de biens sociaux. – Blanchiment d’argent. – Corruption active et/ou passive. – Crimes contre l’Humanité. – Délits d’initiés. – Détournements de biens et de fonds publics. – Escroqueries et crimes en bandes organisées. – Haute trahison. – Intelligence avec l’ennemi. – Prises illégales d’intérêts. – Entrave à la justice. – Recel et abus de bien publics. – Trafic d’influence. – Utilisation de la force publique à des fins personnelles. – Non-assistance à peuple en danger.

Nous vous demandons donc, Madame, Monsieur, de prendre à cœur cette demande. Cela fait trop longtemps que ce crime dure, et si nous, et VOUS, ne bougeons pas, qui le fera ? 

il y a toujours 3 voies juridiques ouvertes , toujours invoquer la CEDH pour pouvoir aller au TF, puis à Strasbourg, puis plus haut…demander les motivations puis faire un recours, avec en plus une plainte pénale contre l’autorité fautive qui doit dénoncer les fauteurs de crimes ( usure criminelle, obligations sans causes, absence d’ original, violations de procédure, traductrice, aide juridique… comptables, notamment du principe de sincérité des bilans… ) et tout rendre public par une nouvelle pétition adressée au Grand Conseil du Canton et rendue publique par exemple à faire signer sur 
http://chng.it/9DJQPcxX8R

J’invoque d’ailleurs l’article premier de la Déclaration universelle des droits de l’homme : Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité…

A votre entière disposition et avec l’expression de nos sentiments distingués, 

xyz

[1] Voir art. 23, art. 28 al. 1ch, art. 24 al. 1 ch.4, art. 62 al. 1, art. 63 al. 1 et 3 CO

[2] Voir art.157 CP

[3] Voir art. 146 al. 1 et 2 CP

PS: Plus de détails 

https://docs.google.com/document/d/1KICHwq7_JoKnrO8EhMCOIeeRS56xMRR811Pqxv3eryA/edit?usp=sharing

https://docs.google.com/document/d/1lx35Ze2lM6usFDGUgj1Q5J7hp-khbD9WXAyMZYgF4Xc/edit

https://docs.google.com/document/d/1Aa1VJfsY7T00E_tGqa5PjY_nuxwnNFwlfncifjwFHWA/edit

https://docs.google.com/document/d/1KICHwq7_JoKnrO8EhMCOIeeRS56xMRR811Pqxv3eryA/edit?usp=sharing

Nous sommes tous victimes de mensonges énormes disent les professeurs Raoult, Perronne, Fourtillan etc, et les docteurs Tal Schaller et Louis Fouché. On veut briser nos libertés et nous imposer un pseudo-vaccin, en fait une expérience génétique très dangereuse et bâclée. C’est un abus de pouvoir et une affaire de gros sous.

l’article de France-soir en plus de l’article sur la RTS

qui peut être téléchargé ICI ​​https://disk.yandex.com/i/hfoQRopTt8zjcg , un court résumé de toutes tes procédures et de leur état, civile, pénale, prud’hommes, chômage, administrative, plainte contre la police pour abus lors de la protection d’Enzo ( avec les liens vidéo existants… ). Les procédures de la RTS ne sont pas signées valablement et sont hors délais….


En annexe, pour inspiration et conseils, les Lignes directrices concernant les procédures d’examen des requêtes

soumises par des particuliers en vertu des instruments des Nations Unies relatifs aux droits de l’homme (avec une plainte modèle en annexe).etc…——

Translate »