Venez soutenir devant ou dans le tribunal cantonal vaudois

Ou signez au moins la pétition. Merci

Cour d’appel pénale

Venez soutenir Monsieur Rolf RITTER

le lundi 28 juin 2021 à 09:00 heures et 14:00 heures,

à Lausanne, Palais de justice de l’Hermitage, route du Signal 8,

Sous pression des sociétés de recouvrement

Leurs lettres sont insistantes, leur ton de plus en plus menaçant et les sommes réclamées en constante augmentation. Les sociétés de recouvrement agacent et poussent régulièrement des téléspectateurs à nous contacter. Afin d’obtenir paiement d’une créance réelle ou imaginaire, leurs pratiques flirtent parfois avec la légalité. Mais au final, elles permettraient à l’économie suisse de récupérer 30 % de ces créances difficiles.

L’ émission du temps présent qui est passée à la  RTS

https://www.rts.ch/play/tv/a-bon-entendeur/video/sous-pression-des-societes-de-recouvrement?urn=urn:rts:video:12138834

Contre les injustices

Un cas qui se prolonge pour cuire à petit feu une victime à L'AI:

L'affaire du créancier au coupable

Un destinataire IV tente de recouvrer d'anciennes créances avec l'aide d'une société de recouvrement. Ce qui se passe ensuite détruit sa croyance en la justice.

«Justice de merde». Quel système judiciaire merdique: Rolf Ritter n'en ressort pas beaucoup plus lorsqu'il se présente devant le tribunal de grande instance de Vevey le 6 octobre après deux longues journées d'audience. Condamné pour tentative d'extorsion à une peine avec sursis de 90 taux journaliers de 50 francs, plus les frais de justice de près de 2500 francs. C'est beaucoup d'argent pour quelqu'un qui peut simplement joindre les deux bouts avec une pension AI. Et c'est un verdict inexplicable pour un croyant qui essayait simplement de récupérer son argent. Rolf Ritter ne comprend finalement plus le monde.

L'affaire dans laquelle il a été pris il y a plus de dix ans aurait pu trouver une conclusion indulgente ce jour-là. Un acquittement n'aurait pas calmé les nuits blanches depuis, mais une compensation pour les malheurs subis aurait été plus que bienvenue. Mais une condamnation pour tentative d'extorsion? «Justice de merde».

L'histoire du malheur de Rolf Ritter commence bien plus tôt - avec une tempête. Le 24 septembre 1993, le Saltina a fait irruption dans ses berges à Brigue et a dévasté la moitié de la ville. Au milieu de tout cela, les masses d’eau ont également frappé les locaux commerciaux de Ritter, une entreprise qui équipe les restaurants et les bars de systèmes de distribution dans toute la Suisse. L'entrepôt n'est pas assuré et Rolf Ritter en arrive à la conclusion qu'il n'y a qu'une chose: une liquidation ordonnée et un nouveau départ. Il devient gardien de prison à Vaud, et enfin policier à Montreux.

Il a encore de l'argent, il reste quelque dix mille francs de la liquidation. Au milieu des années 90, il rencontre Jean-Louis D., un boulanger avec une idée, au Rotary Club. «La baguette à Pierrot» vise à faire vivre l'art de vivre suisse à Zurich. Malheureusement, D. n'a pas d'argent et donc il persuade Rolf Ritter de démarrer une entreprise. Ritter lui prête environ 50 000 francs, que D. investit immédiatement dans un produit financier risqué en Allemagne. L'échec ne tarde pas à venir. L'accord tourne mal, D. est rompu et Rolf Ritter reçoit un billet à ordre de 54 000 francs.

Avec ce billet à ordre, Rolf Ritter s'est rendu à la société de recouvrement Debitors Management SA à Montreux à l'automne 2009. Car entre-temps, beaucoup de choses ont mal tourné dans la vie de Ritter: il a perdu son emploi, sa famille s'est séparée, il a des problèmes psychologiques et bien sûr: des soucis d'argent. «J'ai finalement voulu récupérer mon argent», dit-il: «Et j'ai pensé que Debitors Management SA pouvaient m'aider.

Les agences de recouvrement ne sont pas connues pour s'attaquer aux débiteurs avec des gants pour enfants. Leur modèle économique repose sur le recouvrement des créances pour le compte des créanciers. S'ils réussissent à le faire, ils recevront une certaine part de l'argent apporté.

La réputation de l'industrie est notoirement mauvaise et elle le sait: il existe une sorte de code de conduite professionnelle de l'Association des fiduciaires suisses de recouvrement de créances VSI. Une société de recouvrement ne peut accepter une commande d'un créancier que si elle a vérifié si la créance est justifiée. Les débiteurs doivent toujours être contactés par écrit, les appels téléphoniques ne sont autorisés que dans des cas exceptionnels. Il est également interdit de menacer un débiteur du fait que ses dettes seront signalées à des tiers ou à des entreprises qui exploitent des bases de données sur le comportement de paiement des citoyens.

Debitors Management SA n'est pas membre du VSI et ne respecte pas son code de conduite. Rolf Ritter ne savait rien de tout cela lorsqu'il a confié à l'entreprise la tâche de récupérer son crédit. Il doit recevoir 45 pour cent de l'argent, les débiteurs 55. C'est ce contrat qui porte finalement Rolf Ritter en justice.

Lorsqu'il appose sa signature sur le papier, Rolf Ritter est retraité AI depuis sept ans. Il est mentalement battu et sa mémoire est altérée. Son espoir d'une vie meilleure tient à l'unique billet à ordre de 54 000 francs.

Mais le montant du billet à ordre ne correspond plus aux circonstances réelles. A la fin des années 1990, son débiteur D. a persuadé la société d'investissement allemande, ce qui lui a valu la perte de son investissement, de transférer Rolf Ritter autour de 45 000 francs, la dette n'est que d'environ 8 500 francs. Mais à cause de sa maladie, Rolf Ritter a des lacunes de mémoire. Si vous lui posez des questions sur le paiement, il semble désespéré: "Je ne me souviens pas, honnêtement." Le fait est que le billet à ordre n'a jamais été changé, les 54 000 francs sont toujours dessus.

Debitors Management SA n'a rien vérifié lorsque Ritter a cédé sa créance. Au contraire: sous leur égide, les dettes de Pierre-Louis D. reprennent fortement. La société de recouvrement ajoute des intérêts au montant du billet à ordre, qui aurait été accumulé depuis la fin des années 1990. C'est illégal, et les responsables de Debitors Management SA devraient le savoir. Enfin, la société facture également des frais de recouvrement, qui ne sont pas non plus dus. Au total, Debitors Management SA représente un montant de plus de 113 000 francs. Désormais, elle fait tout son possible pour récupérer cette somme auprès de Pierre-Louis D.

Un certain «P.-A. Deley »commence à couvrir le débiteur Pierre-Louis D. de lettres. Il y menace de toutes les conséquences possibles: le paternalisme, la saisie-arrêt des salaires et le fait que le recouvrement des créances soit remis à une société appelée "Beat Prasolik National & International Collection Agency". Celui-ci écrit également rapidement des lettres au débiteur D., et ces lettres semblent également menaçantes. Juste: Ni la personne "P.-A. Deley »ni la société« Beat Prasolik National & International Collection Agency »n'existent. Les débiteurs utilisent des pseudonymes pour tenter d'intimider les débiteurs.

Le débiteur D. ne le sait pas et il se défend. Il répond, il appelle. Et il présente la preuve qu'environ 45 000 francs de la dette ont déjà été payés et qu'il n'a qu'environ 8 500 francs impayés. Les débiteurs ignorent ces interventions et insistent sur le paiement de 113 000 francs.

Rolf Ritter n'a aucune idée de l'une de ces machinations. Il a donné un mandat aux débiteurs et espère désormais que la société pourra récupérer au moins une partie de ce qu'il estime encore être de 54 000 francs. Ce n'est que lorsqu'une plainte criminelle pour tentative d'extorsion est arrivée dans la maison à l'automne 2010, déposée par le débiteur Pierre-Louis D., que Ritter s'est rendu compte qu'un mauvais jeu était joué en son nom. Il donne un avis sur le mandat du débiteur sur place, mais il est trop tard. Le moulin de la justice a démarré et il est en plein dedans.

Le procureur de la République enquête sur le directeur général de Debitors Management SA et un employé pour tentative de coercition et de chantage. Dans l'acte d'accusation, il détaille comment fonctionne l'activité des agents de recouvrement et comment elle est conçue pour susciter la peur et la terreur parmi les débiteurs. Le procureur prend son temps, et au fil des ans, de nouvelles affaires se sont ajoutées: une femme poursuit l'entreprise parce que Debitors Management SA tente avec des lettres de menaces de recouvrer une dette présumée pour un porte-clés qui n'a jamais été commandé. Un homme s'est plaint parce qu'elle lui avait facturé un service de colis qu'il n'avait jamais utilisé. Une autre femme poursuit parce que Debitors tente de faufiler la facture d'hôpital de sa mère pour plusieurs milliers de francs. Et et et. Le procureur intègre de plus en plus d'affaires dans la procédure, et cela prend de plus en plus de temps.

Ces cas n'ont rien à voir avec Rolf Ritter. Il ne sait pas ce qui se passe dans les bureaux de Debitors Management. «J'y étais une seule fois lorsque j'ai apporté le billet à ordre», dit-il. Néanmoins, le parquet considère qu'il est prouvé que lui, le retraité AI du Bas-Valais, a activement aidé au siège de Debitors Management SA à intimider son débiteur Pierre-Louis D. avec des lettres et de vagues menaces afin de lui faire payer un montant complètement excessif..

Bloss: Il n'y a aucune preuve que Rolf Ritter ait fait ça. Le pensionné AI ne nie pas avoir donné un mandat au débiteur. Et il a vraisemblablement reçu 45 000 francs une fois. Pas de son débiteur D., mais d'une société dans laquelle il avait investi. Et Rolf Ritter a toujours un billet à ordre de 54 000 francs de son débiteur, qui n'a jamais été changé ni déclaré nul.

Mais surtout, Rolf Ritter a maintenant un jugement sur son cou qu'il ne comprend pas. Coupable de tentative d'extorsion. Comme si c'était lui qui écrivait les lettres de menaces à son débiteur et ne cessait d'augmenter la pression. Comme s'il était un employé d'une entreprise qui utilise des méthodes douteuses pour recouvrer les dettes.

Parce que le jugement ne laisse aucun doute sur le fait que lui, le retraitéAI qui essaie d'une manière ou d'une autre de vivre sa vie, est un coupable. L'employé est acquitté par les deux représentants de Debitors Management SA. Le directeur général de Debitors Management SA reçoit une peine avec sursis de 180 taux quotidiens pour un total de huit cas dans lesquels il est condamné, pour Rolf Ritter il déduit 90 taux quotidiens pour «son» cas.

Rolf Ritter ne comprend plus le monde. «… justice de merde». Son avocat a fait appel.

%%votre signature%%



Un pour tous, tous pour un
62 signatures

Partager avec vos amis:

   


Dernières Signatures
62 Gérald P. 1903 Switzerland Juin 30, 2021
61 friederike m. 1205 Switzerland Juin 28, 2021
60 Gabriel T. 1203 Switzerland Juin 28, 2021
59 Evelyne M. G. 2882 Switzerland Juin 28, 2021
58 François F. 1996 Switzerland Juin 28, 2021
57 Isabelle Z. 1018 Switzerland Juin 28, 2021
56 Elmi S. 2504 Switzerland Juin 28, 2021
55 Annick T. 1006 Switzerland Juin 28, 2021
54 Sonia D. Spain Belgium Juin 28, 2021
53 Angelique Q. 1004 Switzerland Juin 28, 2021
52 Marielle N. 1009 Switzerland Juin 27, 2021
51 Killian R. 1870 Switzerland Juin 27, 2021
50 Stéphane D. 1896 Switzerland Juin 27, 2021
49 Ritter S. 6276 Switzerland Juin 27, 2021
48 Boffetti R. 1897 ?? Juin 27, 2021
47 Ameena S. 2400 ?? Juin 26, 2021
46 Esther G. 6443 ?? Juin 26, 2021
45 Francis W. 1926 Fully Switzerland Juin 26, 2021
44 Guy L. 1965 Switzerland Juin 26, 2021
43 Marie-Hélène V. 1926 Switzerland Juin 26, 2021
42 Georges-H. B. 6443 Morschach ?? Juin 26, 2021
41 Vanya H. 2502 Switzerland Juin 25, 2021
40 Imboden A. 3902 Switzerland Juin 25, 2021
39 Corinne B. 1008 Switzerland Juin 25, 2021
38 Beat W. 1868 Switzerland Juin 25, 2021
37 Michèle C. 1700 Switzerland Juin 25, 2021
36 Daisy N. 1926 Fully Switzerland Juin 25, 2021
35 Martina K. 31717 Germany Juin 25, 2021
34 Jsno H. Switzerland Juin 25, 2021
33 Catherine P. Switzerland Juin 25, 2021
32 José P. 1052 Switzerland Juin 25, 2021
31 Michel D. 1897 Switzerland Juin 25, 2021
30 Barbiera A. 1033 Switzerland Juin 25, 2021
29 Gabriel M. 1984 Switzerland Juin 25, 2021
28 Patricia M. 2504 Switzerland Juin 25, 2021
27 Emilie F. 2822 Switzerland Juin 25, 2021
26 Jean-Michel P. 1786 ?? Juin 25, 2021
25 F. D. 1006 Switzerland Juin 25, 2021
24 Vincent F. 29820 France Avr 07, 2021
23 Brigitte M. 2340 Switzerland Mar 13, 2021
22 Jeannine P. 2720 Switzerland Mar 13, 2021
21 Bernadette J. 8047 Switzerland Mar 13, 2021
20 Qendresa K. 2720 Switzerland Mar 13, 2021
19 Anita S. 2863 Switzerland Mar 05, 2021
18 Dominique M. 1950 Switzerland Fév 23, 2021
17 Régine d. ?? Fév 11, 2021
16 Dora H. ?? Fév 10, 2021
15 Nathalie S. ?? Fév 08, 2021
14 Francis R. ?? Fév 08, 2021
13 Yan L. ?? Fév 07, 2021

L’affaire

du créancier au coupable

Un destinataire IV tente de recouvrer d’anciennes créances avec l’aide d’une société de recouvrement. Ce qui se passe ensuite détruit sa croyance en la justice. 

«Justice de merde». Quel système judiciaire merdique: Rolf Ritter n’en ressort pas beaucoup plus lorsqu’il se présente devant le tribunal de grande instance de Vevey le 6 octobre après deux longues journées d’audience. Condamné pour tentative d’extorsion à une peine avec sursis de 90 taux journaliers de 50 francs, plus les frais de justice de près de 2500 francs. C’est beaucoup d’argent pour quelqu’un qui peut simplement joindre les deux bouts avec une pension AI. Et c’est un verdict inexplicable pour un croyant qui essayait simplement de récupérer son argent. Rolf Ritter ne comprend finalement plus le monde. 

L’affaire dans laquelle il a été pris il y a plus de dix ans aurait pu trouver une conclusion indulgente ce jour-là. Un acquittement n’aurait pas calmé les nuits blanches depuis, mais une compensation pour les malheurs subis aurait été plus que bienvenue. Mais une condamnation pour tentative d’extorsion? «Justice de merde».

L’histoire du malheur de Rolf Ritter commence bien plus tôt – avec une tempête. Le 24 septembre 1993, le Saltina a fait irruption dans ses berges à Brigue et a dévasté la moitié de la ville. Au milieu de tout cela, les masses d’eau ont également frappé les locaux commerciaux de Ritter, une entreprise qui équipe les restaurants et les bars de systèmes de distribution dans toute la Suisse. L’entrepôt n’est pas assuré et Rolf Ritter en arrive à la conclusion qu’il n’y a qu’une chose: une liquidation ordonnée et un nouveau départ. Il devient gardien de prison à Vaud, et enfin policier à Montreux. 

Il a encore de l’argent, il reste quelque dix mille francs de la liquidation. Au milieu des années 90, il rencontre Jean-Louis D., un boulanger avec une idée, au Rotary Club. «La baguette à Pierrot» vise à faire vivre l’art de vivre suisse à Zurich. Malheureusement, D. n’a pas d’argent et donc il persuade Rolf Ritter de démarrer une entreprise. Ritter lui prête environ 50 000 francs, que D. investit immédiatement dans un produit financier risqué en Allemagne. L’échec ne tarde pas à venir. L’accord tourne mal, D. est rompu et Rolf Ritter reçoit un billet à ordre de 54 000 francs. 

Avec ce billet à ordre, Rolf Ritter s’est rendu à la société de recouvrement Debitors Management SA à Montreux à l’automne 2009. Car entre-temps, beaucoup de choses ont mal tourné dans la vie de Ritter: il a perdu son emploi, sa famille s’est séparée, il a des problèmes psychologiques et bien sûr: des soucis d’argent. «J’ai finalement voulu récupérer mon argent», dit-il: «Et j’ai pensé que Debitors Management SA pouvaient m’aider. 

Les agences de recouvrement ne sont pas connues pour s’attaquer aux débiteurs avec des gants pour enfants. Leur modèle économique repose sur le recouvrement des créances pour le compte des créanciers. S’ils réussissent à le faire, ils recevront une certaine part de l’argent apporté. 

 

La réputation de l’industrie est notoirement mauvaise et elle le sait: il existe une sorte de code de conduite professionnelle de l’Association des fiduciaires suisses de recouvrement de créances VSI. Une société de recouvrement ne peut accepter une commande d’un créancier que si elle a vérifié si la créance est justifiée. Les débiteurs doivent toujours être contactés par écrit, les appels téléphoniques ne sont autorisés que dans des cas exceptionnels. Il est également interdit de menacer un débiteur du fait que ses dettes seront signalées à des tiers ou à des entreprises qui exploitent des bases de données sur le comportement de paiement des citoyens. 

 

Debitors Management SA n’est pas membre du VSI et ne respecte pas son code de conduite. Rolf Ritter ne savait rien de tout cela lorsqu’il a confié à l’entreprise la tâche de récupérer son crédit. Il doit recevoir 45 pour cent de l’argent, les débiteurs 55. C’est ce contrat qui porte finalement Rolf Ritter en justice. 

 

Lorsqu’il appose sa signature sur le papier, Rolf Ritter est retraité AI depuis sept ans. Il est mentalement battu et sa mémoire est altérée. Son espoir d’une vie meilleure tient à l’unique billet à ordre de 54 000 francs. 

 

Mais le montant du billet à ordre ne correspond plus aux circonstances réelles. A la fin des années 1990, son débiteur D. a persuadé la société d’investissement allemande, ce qui lui a valu la perte de son investissement, de transférer Rolf Ritter autour de 45 000 francs, la dette n’est que d’environ 8 500 francs. Mais à cause de sa maladie, Rolf Ritter a des lacunes de mémoire. Si vous lui posez des questions sur le paiement, il semble désespéré: “Je ne me souviens pas, honnêtement.” Le fait est que le billet à ordre n’a jamais été changé, les 54 000 francs sont toujours dessus.

 

Debitors Management SA n’a rien vérifié lorsque Ritter a cédé sa créance. Au contraire: sous leur égide, les dettes de Pierre-Louis D. reprennent fortement. La société de recouvrement ajoute des intérêts au montant du billet à ordre, qui aurait été accumulé depuis la fin des années 1990. C’est illégal, et les responsables de Debitors Management SA devraient le savoir. Enfin, la société facture également des frais de recouvrement, qui ne sont pas non plus dus. Au total, Debitors Management SA représente un montant de plus de 113 000 francs. Désormais, elle fait tout son possible pour récupérer cette somme auprès de Pierre-Louis D. 

 

Un certain «P.-A. Deley »commence à couvrir le débiteur Pierre-Louis D. de lettres. Il y menace de toutes les conséquences possibles: le paternalisme, la saisie-arrêt des salaires et le fait que le recouvrement des créances soit remis à une société appelée “Beat Prasolik National & International Collection Agency”. Celui-ci écrit également rapidement des lettres au débiteur D., et ces lettres semblent également menaçantes. Juste: Ni la personne “P.-A. Deley »ni la société« Beat Prasolik National & International Collection Agency »n’existent. Les débiteurs utilisent des pseudonymes pour tenter d’intimider les débiteurs. 

 

Le débiteur D. ne le sait pas et il se défend. Il répond, il appelle. Et il présente la preuve qu’environ 45 000 francs de la dette ont déjà été payés et qu’il n’a qu’environ 8 500 francs impayés. Les débiteurs ignorent ces interventions et insistent sur le paiement de 113 000 francs. 

 

Rolf Ritter n’a aucune idée de l’une de ces machinations. Il a donné un mandat aux débiteurs et espère désormais que la société pourra récupérer au moins une partie de ce qu’il estime encore être de 54 000 francs. Ce n’est que lorsqu’une plainte criminelle pour tentative d’extorsion est arrivée dans la maison à l’automne 2010, déposée par le débiteur Pierre-Louis D., que Ritter s’est rendu compte qu’un mauvais jeu était joué en son nom. Il donne un avis sur le mandat du débiteur sur place, mais il est trop tard. Le moulin de la justice a démarré et il est en plein dedans. 

 

Le procureur de la République enquête sur le directeur général de Debitors Management SA et un employé pour tentative de coercition et de chantage. Dans l’acte d’accusation, il détaille comment fonctionne l’activité des agents de recouvrement et comment elle est conçue pour susciter la peur et la terreur parmi les débiteurs. Le procureur prend son temps, et au fil des ans, de nouvelles affaires se sont ajoutées: une femme poursuit l’entreprise parce que Debitors Management SA tente avec des lettres de menaces de recouvrer une dette présumée pour un porte-clés qui n’a jamais été commandé. Un homme s’est plaint parce qu’elle lui avait facturé un service de colis qu’il n’avait jamais utilisé. Une autre femme poursuit parce que Debitors tente de faufiler la facture d’hôpital de sa mère pour plusieurs milliers de francs. Et et et. Le procureur intègre de plus en plus d’affaires dans la procédure, et cela prend de plus en plus de temps.

 

Ces cas n’ont rien à voir avec Rolf Ritter. Il ne sait pas ce qui se passe dans les bureaux de Debitors Management. «J’y étais une seule fois lorsque j’ai apporté le billet à ordre», dit-il. Néanmoins, le parquet considère qu’il est prouvé que lui, le retraité AI du Bas-Valais, a activement aidé au siège de Debitors Management SA à intimider son débiteur Pierre-Louis D. avec des lettres et de vagues menaces afin de lui faire payer un montant complètement excessif.. 

 

Bloss: Il n’y a aucune preuve que Rolf Ritter ait fait ça. Le pensionné AI ne nie pas avoir donné un mandat au débiteur. Et il a vraisemblablement reçu 45 000 francs une fois. Pas de son débiteur D., mais d’une société dans laquelle il avait investi. Et Rolf Ritter a toujours un billet à ordre de 54 000 francs de son débiteur, qui n’a jamais été changé ni déclaré nul. 

 

Mais surtout, Rolf Ritter a maintenant un jugement sur son cou qu’il ne comprend pas. Coupable de tentative d’extorsion. Comme si c’était lui qui écrivait les lettres de menaces à son débiteur et ne cessait d’augmenter la pression. Comme s’il était un employé d’une entreprise qui utilise des méthodes douteuses pour recouvrer les dettes. 

 

Parce que le jugement ne laisse aucun doute sur le fait que lui, le retraitéAI qui essaie d’une manière ou d’une autre de vivre sa vie, est un coupable. L’employé est acquitté par les deux représentants de Debitors Management SA. Le directeur général de Debitors Management SA reçoit une peine avec sursis de 180 taux quotidiens pour un total de huit cas dans lesquels il est condamné, pour Rolf Ritter il déduit 90 taux quotidiens pour «son» cas. 

 

Rolf Ritter ne comprend plus le monde. «… justice de merde». Son avocat a fait appel.

 

Translate »